OSCAR WILDE ET LE JEU DE LA MORT de Gyles Brandeth


Voici un livre dont j’ai été longue à trouver l’entrée (cinquante premières pages), n’y connaissant pas grand-chose en « Oscar Wilde » et pour couronner le tout, Robert Sherard, le premier biographe et ami d’Oscar est un personnage du livre et en plus c’est lui qui raconte cette histoire ! Il m’a fallu tout l’article Wikipédia sur Wilde pour distinguer le vrai du faux. Or, hormis l’enquête policière, et quelques dates et titres, tout est vrai ! Ou presque. L’esprit d’Oscar Wilde semble flotter sur la marmite de Gyles Brandeth ! C’est saisissant !

Tout commence à un dîner du Club Socrate fondé par O.Wilde qui décide ce soir là, pour amuser ses invités de jouer au jeu de la mort. Ce dernier consiste à écrire sur un bout de papier le nom de la personne que l’on souhaiterait voir morte. Macabre, surtout que les noms de membres du dit club figurent dans cette liste et en dernier, ceux d’Oscar et de son épouse Constance. Aidé de Robert Sherard, son ami ou plutôt son ombre, de Conan Doyle, toujours très pressé car fort occupé entre son métier de médecin et son personnage de Sherlock Holmes, Wat Sickert, le célèbre peintre à qui l’on prête de troublantes paternités (il pourrait être Jack l’Eventreur), Bram Stoker (le père de Dracula) et bien sûr l’évaporé Bosie ou Lord Alfred Douglas (dernier amant de Wilde qui précipitera sa chute). Mais aussi Heron-Allen, John Maskelyne (l’inventeur des pissotières), etc. Que du beau monde !

L’intrigue policière et les caractéristiques s’y rapportant sont passionnantes mais l’est plus encore le tableau de la société victorienne, en total décalage avec la vie, les moeurs de nos gentlemen… Si Gyles Brandeth, on le sent, aime l’excentricité généreuse d’Oscar, ses aphorismes célèbres et le dandysme (voire le snobisme) qui ont participé à la légende : » Quand les gens cessent de dire des choses agréables, ils cessent de penser aux choses agréables » ou encore « Ce qui est dit dans l’ivresse a été pensé dans la sobriété » . Il n’en reste pas moins critique vis-à-vis de lui : il était plutôt « gras et mou« , il avait une dentition « affreuse » (sic l’auteur, pas moi !). Les allusions faites quant à ses « amitiés » si elles ne sont pas décrites par le menu n’en sont pas moins éloquentes. Wilde détestait la laideur viscéralement, et aimait les beaux jeunes hommes tout en aimant sa femme et ses enfants. Ça aussi c’est un paradoxe très « anglais »… La décoration de leur maison de Tite Street est moderne, la description faite ici fait référence à des meubles d’avant-garde, des murs blancs épurés et de la clarté, rien à voir avec les ambiances rococo et surchargées chères à Victoria ! Oscar Wilde avait conscience de son intelligence, de son aura, même si à mon avis, il dépensait beaucoup d’argent pour entretenir ses amitiés, il avait surtout conscience de sa place dans la société :  » – Comme vous le savez, Messieurs, j’ai travaillé toute ma vie à distraire le peuple, à irriter la classe moyenne et à fasciner l’aristocratie. » Mais attention, il n’était pas dupe des flatteurs, des imbéciles, des petits même si son besoin incessant de sorties (déjeuner, dîner, souper), d’être entouré de sa cour en font parfois un personnage insupportable. Il méprisait l’argent mais savait combien il en avait besoin ! Il méprisait plutôt ceux qui comptaient… Il était aussi très superstitieux, s’entourant d’une chiromancienne qui lisait (à prix fort) dans sa « main funeste« , est-ce pour cela qu’il avait conscience qu’il mourrait jeune (46 ans, soit neuf ans après l’action de ce livre) :  » Ma fin sera le début de ma célébrité. J’en suis convaincu. Depuis toujours. » Il a été très célèbre et adulé (autant que détesté) de son vivant… La limite entre perversité et moeurs dissolues ou épicurisme excessif est très mince, l’auteur ne tombe pas dans le piège mais il est des suggestions qui en disent autant… D’ailleurs la dénonciation de la prostitution enfantine est abordée. Et Constance Wilde, féministe avant l’heure se battait pour la suppression du corset et des robes « volumineuses » qui s’enflammaient très vite…

Toutes les références à l’art de l’époque, à la littérature (Shakespeare et Socrate), aux gens célèbres qu’il a côtoyés sont passionnantes et jamais ennuyeuses, et on ne lâche pas ce livre une fois commencé, quand on a dépassé le stade de la compréhension qui m’a manquée au début…

Le billet d’Aymeline, ma tentatrice de toujours, que je remercie  de ce prêt et pardon d’avoir mis du temps à le lire mais je ne regrette pas de lui avoir donné une seconde chance ! Ceux de Syl. et d‘Eiluned, tout aussi convaincues…

Il compte pour le challenge Victorien d’Aymeline et celui de Sharon et George « Romans sous influence », ce n’est plus de l’influence, c’est de l’osmose totale !!! Mais aussi peut-être pour une ligne du Petit Bac d’Enna : personnage célèbre. Et enfin, le roman datant de 2008, il entre dans le Challenge « Voisins-Voisines » d’Anne.

Publicités

35 réflexions au sujet de « OSCAR WILDE ET LE JEU DE LA MORT de Gyles Brandeth »

  1. Le voilà, ce billet déjà annoncé hier soir et introuvable 🙂 J’ai un autre Gyles Brandreth dans la pile à lire, mais il ne m’a encore asse appelée de tous ses voeux de livre… J note ton lien en attendant !

    • Introuvable et pour cause !!! Il est « parti » tout seul alors que je n’avais pas fini mon billet (merci le orages qui font « décrocher » Internet), donc je l’ai rattrapé et mis en mode brouillons !!! Je suis ravie de cette lecture, mais si tu ne connais pas bien la vie d’O.Wilde et de ses contemporains (peinture, politiques, etc), je te conseille de lire l’article Wikipédia sur sa vie !!! C’est passionnant ! 🙂

      • Alors, moi aussi je vais suivre ton conseil, Miss Aspho 😆
        Je passais juste te faire un bisou avant ta sieste !
        Ici, c’est la canicule, je suis calfeutrée…

        • Je n’ai pas dormi mais suis restée au frais, dehors c’est le hammam !!! On est passé de 17 avant-hier à 35 cet après-midi, n’importe quoi !!! Je te fais un bisou aussi :)♥ (Remarque tu es au frais avec tes papillotes !!!^^)…

  2. L’idée de départ est séduisante et décalée…c’est anglais assurément mais ce Monsieur Wilde m’a l’air d’être un sacré prétentieux…ses aphorismes et les paroles rapportées par l’auteur du livre en témoignent…ceci dit prétention et talent d’écrivain peuvent très bien aller ensemble…
    Bises.

    • La modestie ne l’étouffait pas mais il était talentueux certainement et toujours dans la provoc ou l’exagération. Il a le mérite d’avoir appliqué ce qu’il a dit ou écrit à sa propre vie, du moins tant qu’il en a eu les moyens et avec le recul (après il y a des choses qu’on aime ou pas), il était somptuaire…Bisous♥

  3. Un billet franchement passionnant que tu nous a concocté là ! J’ai vu ce livre durant mes vacances en France dans un Leclerc, j’ai failli l’acheter et puis j’ai changé d’avis, j’avais peur qu’il n y ait qu’une enquête policière et que ce soit mal écrit. Or, d’après ton commentaire on en apprend beaucoup sur Oscar Wilde et sa vie dissolue. Je le lirai c’est certain. Merci pour ton billet si enthousiaste. Bises!

    • J’ai fait ce que j’ai pu, comme avec le livre au départ, je n’y comprenais goutte, n’étant pas très au fait de la vie d’Oscar Wilde et de ses contemporains, du moins pas dans le détail comme proposé dans ce livre… Je suis sûre que tu aimerais, à savoir que c’est …le vice et la vertu !!!^^

  4. Mon grain de sel, tu me connais, je suis ici comme la mouche du coche 😆
    Ca me fait tourner un peu la tête si j’essaie de tout comprendre… Mon Swapounet a compris, c’est l’essentiel 😆
    Bisous Miss Aspho, à demain puisque tu le vaux bien !

  5. Impossible de venir chez toi depuis ce matin !
    Wilde « dans sa prétention » comme le souligne MTG, est émouvant. Oui, parfois il est pédant, suffisant, mais il est talentueux aussi, fidèle en amitié (si ce n’est en amour ou alors à sa façon), et très amusant. Ce livre présage déjà sa fin, on la suspecte, on le voit déjà indécis et plus si fier.
    Je me demande pourquoi je tarde à lire le 3ème tome !!!

    • Comment ça impossible ??? 🙂 Je n’ai pas fermé la porte pourtant ! C’est vrai qu’on lui pardonne sa suffisance et son snobisme car sous airs de coq de basse-cour, il était finalement très seul dans sa tour d’ivoire…Tu résumes très bien ! J’en lirais volontiers un autre mais pas tout de suite ! 🙂 BISES♥

    • Vilaaaiiine ! Tu aurais pu me dire au départ que je n’allais rien comprendre ! C’est pour ça qu’il a mis du temps… Je l’ai pris, laissé, repris jusqu’au jour où j’ai décidé d’aller sur Wiki et là, tout s’est éclairé !!! 😆 C’est malin, j’ai bien envie d’en lire un autre …^^

  6. Ah je me doutais que cela te plairait. C’est vrai qu’au début, ce n’est peut être pas facile, mais on se laisse vite emporter. Et en effet, quelle peinture de la société ! On s’y croirait. En buvant du thé et des petits gâteaux cet hiver, je m’y sentais tout en fait en réalité ^^

    • Le problème des challenges c’est que dans le lot, on aurait tendance à les oublier ! Et puis sur celui-là je ne sais pas chez qui laisser les liens ! D’ailleurs, j’ai aussi Le fils de Jean-Jacques ou La faute à Rousseau et je ne l’ai pas encore déposé chez George, tu me diras ?^^

  7. Aaaah, Oscar !!! ♥ Personnellement, je n’arrive pas à le trouver prétentieux. J’aimerais tellement faire un saut dans le temps pour le rencontrer… Suis super contente que tu aies aimé cette deuxième histoire ! J’en avais aussi fait un billet élogieux ! 🙂 Il ne me reste plus qu’à aller lire tous les billets dont tu parles, youpie ! 😀

    • Oui c’est vrai que ce livre nous donne une impression de proximité, on s’attend à voir Oscar sortir des pages et on a envie de l’accompagner à un dîner dont il a le secret, ou au théâtre, rien que pour voir ce qui se passe dans les loges !!! Je vais chercher ton billet dès que j’ai une minute, je passe pas d’exams mais je suis sur le grill en ce moment, ça fume de tous côtés !! 😆 Bises Morgouille !

        • Un barbecue ??? Euh…je vais aller voir à quoi tu fais allusion, vu la pluie qu’on a eu ces derniers temps, le barbecue ressemble à l’Arlésienne… 😦 Mais je ne désespère pas d’en faire d’ici fin août !!! Bises Morgouille et merci de ton assiduité, tu es vraiment une bonne élève, waouh !!! 😀

          • Aaaaah, j’ai failli m’étouffer avec mes tomates en éclatant de rire !!! 😀 Tu parlais de grill… de fumée… Et tout le monde parle de grosse chaleur (alors que chez moi, ben… c’est la Belgique 😆 )… De là, l’idée du barbecue ! Tu vois que mes neurones ont grillé !! J’y ai vraiment cru, à ce barbecue ! 😀 (Mais c’est peut-être parce que l’envie de barbecue m’obsède depuis qu’on est censé être en été…)

            • Ha ha ! J’ai relu le fil des comm, j’étais vraiment sur le grill au sens figuré et je te rassure ici c’est soit la Belgique, soit l’Inde (avec ambiance moit-poit), plutôt Belgique sur la durée… Moi aussi j’ai envie de barbecue, ahem !!! T’étouffes pas avec une tomate, on va être obligé de t’épiler la gorge pour enlever les pépins !!! 😀 (Mais aujourd’hui tu as squatté mon blog, j’adoooore !!! 😆 )…

  8. Hello Asphodèle. Je t’ai taggée pour la radio de l’été de lolobobo. Tu choisis un chanson que tu aimes bien et la publie chez toi. Elle sera ensuite intégrée dans une radio. Merci d’avance pour ta participation.

    • Coucou Euterpe, tu étais dans Indésirables, je ne t’ai pas vue tout à l’heure, désolée ! Je suis d’accord mais est-ce que je peux le faire dimanche (pas trop tard ?) vu que c’est le jour de ma chanson… J’ai des billets prévus jusque là, sauf vendredi éventuellement mais par contre, je ne serai pas là (derrière l’écran) vendredi !!!:)

    • Je t’avoue que je ne connaissais que les on-dits sulfureux (et justifiés) qui entourent son personnage, il m’a fallu aller relire un peu sa bio pour comprendre le livre, mais une fois dedans on ne le lâche plus et on en redemande !!!^^

  9. Ping : BILAN DE JUIN, Bilan du régime palesque…de Miss Bouquinaix ! |

  10. Ping : Challenge victorien : récapitulatif « Au coeur de mes lectures et mes rêveries

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s