UN ÉTRANGER DANS LE MIROIR D’Anne Perry


Après avoir découvert la série « Charlotte et Thomas Pitt », il me fallait rencontrer William Monk, autre héros récurrent d’Anne Perry, inspecteur de police lui aussi. Disons-le tout de suite, j’ai été longue à entrer dans l’univers plus sombre que celui des Pitt. Heureusement, à la page 130, Hester, jeune infirmière bénévole qui revient de la guerre de Crimée redonne de l’élan au roman qui patinait dans l’amnésie de Monk…

En effet, le livre s’ouvre sur Monk à l’hôpital, s’éveillant d’un coma de deux mois et totalement amnésique. Le personnage (à l’inverse d’un Thomas Pitt solaire) est sombre, ténébreux, solitaire.

En recherchant le meurtrier d’une enquête  « casse-gueule » que lui confie son supérieur hiérarchique dès sa reprise du travail, il se découvre lui-même et ce qu’il voit ne lui fait pas toujours plaisir ! Qui était-il  pour n’avoir si peu d’amis (aucun à vrai dire), quelles étaient ses relations avec ses collègues dont certains lui semblent plus bienveillants que d’autres ? Il doit cacher cette amnésie à tout le monde, le temps file… Certes, des qualités comme la franchise, la rigueur s’imposent au fur et à mesure de l’enquête. Une enquête insoluble en soi mais qui va le rapprocher de lui-même et lui donner des clés sur son passé et donc sur ses possibilités d’avenir…

L’apparition d’Hester, issue d’une famille nantie mais sans plus, permet à l’auteure de nous parler plus longuement de cette guerre de Crimée où des milliers d’hommes sont morts de froid, de faim et de maladies, plus sûrement que sous les assauts ennemis. De la stupidité des généraux, tels Raglan et Cardigan (ça ne s’invente pas !) qui ne font plus rien, se reposant sur les lauriers passés de leurs vieilles victoires napoléoniennes.  « Et lorsqu’elle eut épuisé ses réserves de pitié, elle employa ses dernières forces à combattre l’ineptie et les incohérences du commandement, qui à ses yeux manquait totalement de bon sens, sans parler de l’aptitude à diriger. » Hester se révèle intrépide, vaillante et valeureuse telle son idole Florence Nightingale qui fait fureur à l’époque ! Elle va d’ailleurs chercher du travail (dans le domaine de la santé) et c’est par le biais d’une vieille lady à qui elle demande conseil qu’elle va tomber nez à nez avec Monk. On ne peut pas dire que la première rencontre fut chaleureuse, mais ils vont apprendre à se connaître et sans aller jusqu’à s’aimer, ils commencent à s’estimer… Par ailleurs, une femme qui a la petite trentaine et qui cherche du travail à cette époque (un travail honorable il va de soi) est quand même assez rare quand la plupart des femmes de la bourgeoisie pensent ainsi :  » Shelburne lui procurait le confort, la sécurité matérielle ; on n’avait pas à travailler, pas de décisions à prendre… Si l’on rencontrait des mendiants, des malades, des infirmes dans la rue, il suffisait de changer de trottoir. Il y avait le Gouvernement pour prendre des mesures sociales, et l’Eglise, pour régir les moeurs » (avec ça, débrouillez-vous !). L’enquête est plus corsée et le dénouement beaucoup moins prévisible que dans les « Pitt ». Anne Perry nous fait dans ce volet, découvrir Londres, le train, la campagne et le système féodal. Deux classes sociales prédominent sous Victoria : Les aristocrates, les financiers et les très pauvres qui vivent dans le caniveau. Entre les deux, une classe modeste/moyenne de commerçants, policiers, domestiques ou   certains médecins… Le fait que Monk soit célibataire et appartienne à ce milieu modeste permet à l’auteure de le faire voyager, de lui faire rencontrer aussi bien nobles et pouilleux à l’inverse de Charlotte Pitt, qui, femme issue de la haute société est somme toute limitée lorsqu’elle met son nez dans les affaires de son époux !

Certes, j’ai trouvé le rythme plus lent que celui de l’autre série (on ne peut s’empêcher de comparer ) mais c’est en faveur d’un développement historique très intéressant ! Le deuxième m’attend sagement. Je remercie Syl. de me l’avoir offert et donc contaminée…

Une participation de plus au Challenge « Avec l’auteur…Anne Perry » de Syl. et bien sûr le « Challenge victorien » d’Aymeline ! Sans oublier clui d’Anne, « Voisins, Voisines ».

Message personnel : je rassure tous ceux que je n’ai pu prévenir hier : j’ai une connexion sur deux qui fonctionne, le bébé portable est actuellement en réanimation, suite à un méchant virus ! Il devrait rentrer vendredi (pour le week-end !)…

Publicités

47 réflexions au sujet de « UN ÉTRANGER DANS LE MIROIR D’Anne Perry »

  1. J’ai chopé le virus aussi 🙂 enfin celui de Anne Perry ! Celui de l’ordi non merci 🙂
    Je préfère Monk pour le moment , je lis « un deuil dangereux », le deuxième donc 🙂
    Et j’apprécie …

    • J’ai bien apprécié à partir de la page 130 et j’ai hâte de lire le deuxième (j’attends Jeneen en fait). C’est moins léger que les Pitt mais tout aussi addictif !!! 🙂 Pour le virus, je n’ai plus qu’un ordi sur deux mais le portable est parti en clinique, c’est plus sûr, il va revenir blindé vendredi ! 🙂

    • Je te conseille vivement le premier de la série « Pitt » : L’étrangleur de Cater Street ! Tu auras une idée de la société victorienne dans la haute bourgeoisie, dans les milieux les plus pauvres aussi et tu passeras un moment de détente ! 🙂

  2. je crois que je l’avais déjà écrit, je préfère cette série ouverte sur des milieux plus défavorisés comme on dit pudiquement.. Le personnage est plus envoûtant et dans les derniers de la série il y aura des surprises !

      • Non, pas tous : les Indridason, je les ai lus dans l’ordre, sauf la Rivière noire (mais l’action de la Rivière noire a lieu en même temps que celle de la Muraille de lave, alors…). En revanche, j’ai repris la lecture du club des cinq (en anglais) dans l’ordre.

        • Je te laisse Le Club des Cinq (même en anglais)… J’ai tenté cet été avec des « vieux » exemplaires et franchement, j’ai trouvé la « morale » un peu…out ! Par contre Indridason est noté et renoté, il faut que je passe à l’acte mais c’est sans fin ! 😉

            • On est d’accord…pas la peine de se suicider pour si peu ! Reste avec nous !!! 😆 J’avais chroniqué aussi un livre « bibliothèque rose » intitulé « une jumelle bien cachottière », haaan, j’ai souffert pendant la lecture ! Je ne veux plus m’infliger des relectures qui ne m’apporteraient pas grand-chose…

    • Pfffiou, elle va attendre longtemps vu qu’il y en a 27 chez les Pitt ! 🙂 Je vais plus vite avec les Pitt mais Monk est intéressant aussi ! Mais on ne peut s’empêcher de faire des comparaisons quand on les lit en alternance…

  3. tu as chopé le virus…j’en suis très contente!! J’aime beaucoup Pitt et sa Charlotte de femme mais je préfère Monk, plus profond dans sa manière d’être.Les intrigues sont plus corsées et nous fait découvrir l’Angleterre et son Histoire.J’admire ces femmes qui ont osé entrer dans le monde des hommes et ainsi faire progresser la condition féminine.

  4. J’ai lu ton billet en diagonale, car ce roman est au programme chez moi pour le mois prochain. Mais à chaque billet que je lis sur ce roman, j’ai davantage envie de le lire, c’est encourageant 🙂

  5. Yapluka ? Non, mais Monk me plaît depuis longtemps… Dans les débuts de cette série, on veut toujours connaître la suite des personnages… William, Hester, Callandra, Oliver…

    • Mais c’est bien de faire partager ses passions, la preuve !!! Monk me plaît un peu moins pour le moment mais je n’ai pas dit que je n’aimais pas, loin s’en faut !!! :)♥ J’aime beaucoup Hester…

  6. T’es à fond avec cet auteur là…tant mieux c’est qu’il te plait vraiment pour lire autant de ses romans, et de plus je constate qu’en pédalant tu arrives à faire marcher l’informatique…
    Bises.

    • C’est une auteure découverte grâce à Aymeline et son challenge victorien et on na toujours envie d’en savoir plus vu que la première série compte à ce jour 27-28 tomes et les Monk, un peu moins mais dans ces eaux ! Il y a de quoi faire, moments de détente assuré !!! Et je rame avec l’informatique, mais hé hé, ce livre est lu depuis un mois et j’avais tapé mon billet sous Word, plus qu’un copié-collé à faire hier après le départ de l’informaticien, et rajouter photos et liens. Par contre le « petit » est en clinique jusqu’à vendredi !!! 😦 Le problème est qu’avec le nettoyage qu’il y a eu sur celui-ci, je dois retaper tous mes identifiants sur chaque blog, donc c’est un peu long aujourd’hui… Vivement vendredi ! 🙂

    • Merci Anne, tu es parfaite ! Et je te fais grâce de ceux déjà chroniqués où j’avais oublié le Challenge (oui j’ai eu une période limite côté mémoire) !!! Et si je ne lisais QUE Anne Perry depuis avril, je pense que j’aurais déjà fini une série, finalement ça va assez vite, j’en suis au tome 6 des Pitt… (et j’ai deux billets de retard je crois !)

  7. Tu es très Anne Perry en ce moment… J’avoue que je suis tentée de tester l’une ou l’autre série. Pour le moment, de cet auteur, je n’ai lu que Du sang sur la soie qui était assez prenant, même si la traduction alourdit toujours un peu le style..

    • Oui très !! Disons que ça se lit vite, que ça ne prend pas la tête, et c’est addictif ! Personnellement, je préfère les « Pitt » mais il y a des fans de Monk, j’attends donc d’avoir lu le deuxième pour savoir si j’ai vraiment une préférence marquée ! (lu pendant le STAR, j’ai encore un billet Anne Perry de retard…) Mais j’en suis au sixième tome de la série mine de rien !!! 🙂

  8. Ecoute, ne m’attends pas, ça risque d’être trèe tard : lis, on publiera le billet ensemble !
    en tout cas, je préfère Monk pour l’instant…à suivre…
    tu me manques bien, pas le temps de t’embêter mais le coeur y est !
    biiiz

    • Ho ma korrigane ébouriffée ! C’est gentil de passer avec ton timing ! J’en ai plein à lire d’ici là, je verrai si je résiste , niak niak !!!^^ Gros bisous♥ Là je vais lire… J’éteins, je coupe !

  9. Monk a l’air encore plus intéressant…après le petit côté Peter Pan que tu relevais chez moi…le côté ténébreux, plein de mystère me plait bien aussi 😉 comme quoi…je dois être compliquée

    • Tu n’es pas compliquée, tu es humaine donc paradoxale comme beaucoup d’entre nous ! 🙂 Disons que Monk est ténébreux mais au départ elle ne nous le rend pas très sympathique, on s’y attache plus doucement qu’aux Pitt…

  10. J’ai lu le premier tome aussi, j’ai hâte de découvrir la suite de la série pour m’attacher un peu plus aux personnages 🙂

      • voilà ! ça c’est une bonne idée, tu vois quand tu veux, ma chouanne préférée ! d’toute façon, t’as plu ton ordi !!! bouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh ! des nouvelles ?

        • Ma korrigane d’amour que ne ferais-je pas pour que ta coiffe reste en place !!! 😆 Pas de nouvelles de Huuubert, Il doit avoir eu ce qu’il voulait et c’est un taiseux le Monsieur, j’attends lundi, il ne répond pas le week-end au téléphone (et ouaich, c’est comme ça !^^ Avec le micro-climat, tu sais bien…). Et puis aujourd’hui c’eût été bien pratique vu qu’on a de l’orage, je suis obligée d’éteindre et de rallumer sans arrêt, pffff ! (Pas envie de griller celui-ci non plus !^^). Biiises♥

  11. Ping : Challenge victorien : récapitulatif « Au coeur de mes lectures et mes rêveries

    • Minirelie, bonjour et bienvenue ici ! Moi ce n’est pas celui que j’ai préféré pour tout te dire, j’y ai trouvé des longueurs alors que le deuxième est génial ! Mais quand on met le nez dedans, on est coincés, on devient addict ! 😆 Bonne lecture !

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s