HAUTE SOCIÉTÉ de Vita Sackville-West


Après ma lecture de Virginia et Vita de Christine Orban, j’ai voulu découvrir ce qu’avait bien pu écrire Vita Sackville-West, pas facile de rivaliser avec Virginia Woolf, eh bien ce fut une très bonne surprise ! Merci à Somaja de m’avoir prêté ce livre avant même de l’avoir lu… (c’est ça les amies !)… Et je trouve  que la couverture est superbe !

Nous sommes en 1931 mais la haute société est encore empêtrée dans les codes étroits et guindés du règne victorien. Pour ne pas dire empaillée.  » Vous avez sans doute une vague idée du progrès industriel réalisé en Angleterre sous le règne de Victoria – ce fut un règne si long qu’on peut en oublier les dates -, tout le monde s’est abrité sous ses amples jupes, comme une couvée de poussins sous une vieille poule. » Evelyn Jarrold fait partie de cette société jusqu’au bout des ongles. A 40 ans, c’est une veuve riche et libre, aimée de tous, faisant très attention à plaire à tout le monde. Son fils Dan, âgé de dix-sept ans est l’héritier des Jarrold car issu du fils premier né. Elle n’a donc pas de souci à se faire, vivant de la fortune du vieux Jarrold qui a réussi dans les mines de charbon et avait prédit qu’il ‘fallait trois générations pour faire un gentleman« . Les fils et filles ne travaillent pas, ce sont des oisifs poseurs et creux qui agacent Evelyn tout en la flattant et en la rassurant… Non seulement ils ne travaillent pas mais en plus ils n’ont d’idées sur rien, s’ennuient, ragotent ou boivent ! « La bibliothèque de Newlands était une pièce fort agréable pour ceux qui n’ont pas le goût de la lecture« . Jusqu’à ce qu’elle tombe amoureuse de Miles Vane-Merrick, de quinze ans son cadet et qui lui a un pied dans l’aristocratie et l’autre dans l’avenir : « L’instinct fait de moi un réactionnaire, la raison me rend progressiste ». Il prône des idées progressistes, est engagé en politique à la Chambre des communes, écrit un livre, entretient son manoir déglingué avec le produit de ses fermes (encore un fils cadet !), est pauvre mais il le revendique, l’assume et se moque d’Evelyn, de ses principes de bienséance idiots tout en l’aimant à la folie.

C’est sans compter qu’Evelyn, malgré son peu d’instruction est intuitive comme le sont les femmes amoureuses, instinctive et hautement émotive. Ils sont tous deux perclus d’égoïsme et d’orgueil. Quand l’amour devient tyrannique, obsessionnel, quand il faut un maître et un esclave, un vainqueur et un vaincu, alors le monde bascule dans une autre dimension. Plus mesquine. Faite de reproches et de disputes. Ce qui était une qualité la veille devient une pustule le lendemain, on ne voit que ça ! (On connaît la chanson…). Même dans leurs moments de pur bonheur, quand ils sont seuls, quand la mer est étale, que le temps s’arrête sur un nid d’hirondelles ou sur une étoile filante un soir d’été, on sent venir l’orage, le terrible orage,  celui qui va tout balayer sur son passage et en laissera un des deux brisé. Car l’intellectuel Vane-Merrick est un homme « complet » comme a dit de lui le vieux Jarrold avant de mourir. Miles ne supporte une femme à temps plein dans la mesure où elle reste avant tout « décorative » (à peine macho), ne l’empêche pas de débattre avec ses amis révolutionnaires à la chandelle le soir dans son vieux manoir en ruines, romantique et presque gothique. « …et se plaisait à affirmer pendant des heures qu’il existe bien d’autres choses dans la vie, aussi importantes, sinon plus. Ce n’était pas par pure affectation : il avait bien trop d’énergie pour se laisser entièrement porter par les flots léthéens de l’amour. »  Or Evelyn, pour lui a renoncé à sa carapace victorienne, a refusé compte-tenu de leur différence d’âge toutes ses offres de mariage, elle y a laissé sa réputation et tout ce à quoi elle tenait… Mais ce n’est ni avec lui mais surtout pas sans lui ! Alors vont-ils finir par trouver un terrain viable pour leur amour dans cette Angleterre étranglée par les lacets victoriens ? La fin m’a révoltée car Vita Sackville-West en profite pour dénoncer au passage le sort fait aux femmes issues de cette société quand elles faillissent. Quand elles ne supportent pas de faillir. Bien sûr, on s’attend quelque peu à une fin triste mais pas de façon aussi « désuète », stupide ! Tout ça, (pour paraphraser Jane Austen), au nom de l’orgueil et des préjugés, les deux étant ici un des moteurs de la passion amoureuse. Passion éclairée par les poèmes de T.S Eliot et la peinture de Marcus Stone, bref un régal de lecture, un véritable coup de coeur ! Vita n’a rien à voir avec Virginia mais sa peinture de la société anglaise n’a rien à envier à Jane Austen en son temps, de même que ses portraits psychologiques sont dignes d’une dentellière… Et pour le plaisir, ces vers de T.S Eliot que j’affectionne particulièrement  et une peinture de Marcus Stone, Two Lovers, Marcus Stone était le peintre des amoureux…

« Viens t’abriter à l’ombre de ce rocher rouge
Et je te montrerai quelque chose  qui n’est
Ni ton ombre au matin marchant derrière toi,
Ni ton ombre le soir surgie à ta rencontre ;
Je te montrerai ton effroi  dans une poignée de poussière*

T.S. Eliot, extrait de « La terre vaine »

Je vous ai déjà parlé de Vita Sackville-West, ICI,  sa vie fut passionnante et j’ai retrouvé dans ce livre la fougue dont elle était capable , même si l’héroïne est aux antipodes de son caractère… Elle a subi, elle aussi, de par sa naissance aristocratique le victorianisme et a su s’en détacher, non sans quelques scandales !

Cette lecture compte pour le challenge Voisins Voisines d’Anne et bien sûr, vu le thème, il entre dans le Challenge amoureux de l’Irrégulière, catégorie amour impossible ! Et je vais demander à Aymeline s’il peut s’inscrire dans le challenge Victorien car si l’action se déroule pendant l’époque « géorgienne », il n’est question que de Victoria et de sa lourde empreinte ! Aymeline a dit oui 🙂 pour le Challenge Victorien, j’ajoute le beau logo !

Publicités

45 réflexions au sujet de « HAUTE SOCIÉTÉ de Vita Sackville-West »

  1. je redis…! (crotte, wordpress)
    Très beau billet, Aymeline ne peut qu’accéder à ta demande,tu as siiiii bien travaillé !
    tu sais que Somaja en a un autre du même auteur, pas lu sans doute car elle vient de l’avoir, avec une très jolie couverture aussi….tu pourrais lui piquer ????wharffff…niak niak (Somaja, désolée, je t’enlève les livres des mains !!! )
    bon, je pars bosser pour de vrai,
    bizzzzzzzzzzzzz les 3 mousquetaires !

    • Oh non, cette fois je peux attendre que So l’ait lu en premier !!! Mais c’est sûr que je ne vais pas en rester là avec cette auteure ! Allez l’Armitagée de Korriganie, au boulot, bises ! 🙂 ♥

  2. Je n’ai parcouru que rapidement pour ne pas être influencée pendant ma lecture. Heureuse de voir que tu as aimé. Je suis en train de lire « Toute passion abolie » récemment reçu dans mon colis de swap, et parce que ça ne pouvait pas attendre !!!! Et je peux déjà dire que j’adore. Si tu veux, je te l’envoie après. Ou après Syl. , si elle veut le lire aussi.Bises

    • Ho oui ma So, je ne dis pas non !! J’adore son style et elle a une façon de décortiquer les sentiments admirable ! Ca peut sembler « bleuette » mais pas du tout… J’envois le mien (le tien !) à Syl et quand tu auras fini le tien, on avisera !! Mercii et gros bisous 🙂 ♥♥♥

    • Elle n’est pas si facile qu’elle n’y paraît de même que j’ai attendu que ça « décolle » une cinquantaine de pages mais après, on est dedans à fond ! Je n’ai lu que celui-ci, donc…

  3. J’ai toute passion abolie dont on m’a dit le plus grand bien, mais toujours pas commencé (comme tous les autres..). Ah ce texte de T.S. Elliot, un lointain souvenir de mes études, j’ai toujours ce texte « The waste land » dans ma bibliothèque (et une nostalgie qui l’accompagne). Sinon, j’ai commencé Olympes de Gouge, je t’en reparle très vite !!!!!

    • ^Ha tu vois que tu arrives à lire !! C’est une lecture très british très « victorienne » aussi mais j’ai adoré !!!T.S. Eliot je l’ai découvert grâce (comme quoi !) à Anna Gavalda qui cite ces vers dans La consolante !!! Mais je n’ai pas acheté le livre, j’y pense, j’en entends tellement parler ! Et j’ai hâte d’en lire un autre de Vita pour confirmer mon impression ! Bises

  4. Superbe billet ! Il me plairait d’être capable d’en écrire de semblables…
    Là je ne plaisante pas, Miss Aspho, avec ma réflexion ci-dessus.
    Pour la lecture, je me noie dans tous vos livres, ça me fait un peu tourner la tête. Et tous ces challenges ça m’impressionne toujours autant.

    Je n’arrive pas à me défaire de La grand-mère de Jade que j’ai lu assez vite et que je relis et annote… Je voulais faire une surprise à mon Swapounet pour son retour, mais je ne serai pas prête à publier mon billet, d’autant qu’il m’a mis la pression en attendant que je commente son livre qu’il m’a choisi…
    Bises à toi et aux Copines Swapettes

    • Heureusement qu’on ne met pas autant de temps entre deux livres, c’est la mort du blog !!! 😆 Justement, commence à écrire ton billet dès que tu as fini le livre, tout est présent et frais dans ta tête, quitte à le compléter quand tu le tapes définitivement ! Si tu attends trop, tu ne pourras rien écrire !!! C’est un coup à prendre, après ça vient tout seul mais je mets deux heures pour ce genre de billet, hé oui, sans parler de mon brouillon sur le carnet !! Surtout quand il faut ajouter les logos et les liens des challenges !! Je ne veux pas te décourager, je te donne des tuyaux pour aller plus vite au contraire !!! Bises 🙂

  5. T’es pas là ? tu fais le ménach’ ? tu peux venir chez moi quand t’auras fini le tien !
    Ca commence à quelle heure votre lirathon, samedi ?

    • J’étais là mais j’avais du monde pour mes travaux et pour télécharger les applis BB ça a pris UNE heure, montre en main !!! J’ai transféré aussi mes photos et mes docs du fixe au portable, pfff, ça y est j’ai mal à la tête !!! 😆 Le lirathon commence à 1O heures pétantes mais mon billet de présentation sera en ligne après le café et les croissants vers 8-9heures !!! Je ferai des Edit toutes les deux ou quatre heures comme la dernière fois !!! Je vais voir chez toi ce qui se passe ! Je n’ai pas pu continuer ma tournée ce matin !

    • Merci Aymeline !!!^^ On ne parle que de son influence pendant tout le livre, d’ailleurs c’est cette influence qui cause la perte, en partie, de nos deux amants terribles !!! 🙂

  6. Avec un billet si enthousiaste, tu donnes terriblement envie. Je l’ajoute à la loooooongue liste des livres que tu m’as donné envie de lire ^^
    (il me faudrait des journées de 48h…)

  7. Elle n’est pas un peu trop classique pour entrer dans le challenge Voisins voisines, de littérature contemporaine ?? J’ai refusé Agatha Christie, déjà… (je sais, je suis horrible)

    • Euh…Ha ! C’est comme ça que tu m’encourages ! Pour une fois que j’y pense !!!^^ Elle est très contemporaine dans la mesure où le livre écrit en 1930 dénonce l’ère victorienne et veut s’inscrire dans l’avenir prôné par les « progressistes » ! Si 1930 c’est trop loin, que dire des livres d’Anne Perry dont l’action se situe au 19ème, c’est compliqué ton histoire !!! Mais tu fais comme tu veux, c’est ton challenge !!! 🙂

  8. C’est un magnifique récit (je me demande si ce n’est pas le premier d’elle que j’ai lu ??) Dans un genre un peu différent, je la place au même rang que A Trollope, je les trouves tout deux si mordants, incisifs, sans pitié ! Un régal à lire (et lus marrant si j’ose dire que Jane Austen !)

    • Je ne connais pas encore Trollope (ça va venir) mais elle est plus drôle et surtout plus facile à lire que Jane Austen ! Bien que j’aime beaucoup cette dernière… J’ai adoré ce roman !

  9. Ping : Challenge victorien : récapitulatif « Au coeur de mes lectures et mes rêveries

  10. Ping : Vita Sackville-West – Haute société (1932) | Ellettres

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s