LE LIÈVRE DE VATANEN D’Arto Paasilinna


©1975,  ©1989 pour la traduction française d’Anne Colin du Terrail. Vu la date de parution, je ne sais pas si le terme « nature writing » s’employait alors mais le Lièvre de Vatanen entre largement dans cette catégorie, le burlesque en plus ! C’est un livre âpre et tendre, drôle voire loufoque. Si ce n’était l’histoire d’un homme qui se succède en chapitres courts et décalés, on pourrait croire qu’il s’agit de nouvelles. L’histoire se déroule en Finlande. Elle commence en juin entre Helsinki et Heinola lorsque Vatanen, journaliste de son métier rentre en voiture à Helsinki avec son collègue photographe. Ce dernier, au volant heurte violemment un lièvre. Vatanen se précipite, retrouve la petite boule blanche blessée à la patte, lui confectionne une attelle et décide à ce moment là de ne plus rentrer chez lui, ne répond pas aux appels de son collègue et constate que sa femme, finalement le fait « chier »… L’errance commence, s’articulant tout d’abord autour du levraut, (comment le nourrir, le garder légalement),  et d’un rapprochement évident, attendu presque,  avec la nature.

Chaque chapitre est une rencontre étrange, souvent exagérée, pendant qu’il se défait de son ancienne vie comme d’une peau inappropriée, une mue qui va au rythme de la croissance du lièvre et du défilement des saisons. Après quelques errements bucoliques durant la belle saison (mi-juin à fin juillet), il part vers le Nord, s’arrêtant ici ou là pour faire des petits métiers, des travaux des champs notamment, pendant lesquels  il s’aperçoit qu’il est devenu fort quand il sort à mains nues une vache engluée dans un marécage. Lorsqu’il  arrive près du Cercle Polaire et s’apprête à remettre une cabane en état, là j’ai cru revivre des passages de Désolations de David Vann, mais non, l’homme n’est pas aussi pessimiste et Paasilinna a le bon goût de ne pas nous faire grelotter pendant la lecture ! Le chapitre du pasteur dans l’église qui ramasse les crottes du lièvre et les jette négligemment dans la chaire est désopilant, celui du corbeau aussi…

Même au fin fond des forêts en hiver, alors qu’il travaille pour des éleveurs de rennes, la civilisation le rattrape quand l’armée finlandaise décide de faire des manoeuvres dans la région. Après des rebondissements ultimes que je vous tairai, il commence avec le lièvre, une chasse à l’ours frénétique, dans le froid et le brouillard la plupart du temps. L’ours est quand même entré dans sa cabane et l’a mordu au ventre… Mais l’ours est aussi un symbole, la confrontation ultime de l’homme avec les forces de la nature et dans le même temps, une image écologique à laquelle il ne faut pas toucher ! Sauf qu’en état de légitime défense, Vatanen ne réagit plus comme quelques mois auparavant. Il est devenu un autre homme, il s’est réalisé, il n’est plus une marionnette que sa femme ou son patron manoeuvraient à leur guise. Il ne s’aperçoit pas qu’il est passé en Union Soviétique, il se demande même un court instant comment il n’a pas été repéré immédiatement ! La fin nous prouve le contraire et nous démontre avec une certaine « liste », l’incongruité du système communiste qui, avant l’ère électronique, traçait et suspectait tout le monde, même ceux qui ne faisaient que respirer… C’est un court chapitre là aussi mais éloquent !

Je ne sais pas si j’ai aimé ce livre, je l’ai lu d’une traite pendant la semaine 3 du S.T.A.R et j’en ai encore un souvenir vivace, prégnant. J’avoue qu’au début, heureusement que le lièvre a déboulé rapidement pour me faire rester. Ensuite le charme du style alerte de Paasilinna a opéré et j’ai aimé ce voyage à pied au coeur de la Finlande, du Sud au Nord. Il cite même le Kalevala, dont Nathalie nous a longuement parlé l’été dernier, ICI, entre autres. Sous couvert de loufoque, le texte reste poétique d’une certaine façon car nous entrons dans l’âme de la Finlande, des diversités qui la peuplent, du citadin à l’éleveur de rennes…  » Plus Kaartinen se plongeait dans le monde spirituel de ses aïeux, plus il était convaincu d’avoir enfin trouvé ce qu’il cherchait fièvreusement depuis des années : il avait trouvé la foi de ses ancêtres, la vraie religion qui convenait à un vrai Finnois. » J’en déduis que j’ai beaucoup aimé !

Une première participation au Challenge SUOMI de Nathalie, puisque l’auteur est finlandais. Que l’action se passe en Finlande et que l’on a vraiment envie d’y aller faire un tour en refermant ce livre ! Et une de plus pour celui de Sharon « Animaux du monde » !

Advertisements

47 réflexions au sujet de « LE LIÈVRE DE VATANEN D’Arto Paasilinna »

  1. Ce titre-là doit être le plus connu de Paasilinna, mais ce n’est pas le plus drôle à mes yeux, je l’ai trouvé un peu long (et un peu trop « nature » aussi pour moi).

  2. J’ai commencé Paasilinna avec ce titre qui m’a donné le goût de continuer. une vraie réussite et je ne me suis jamais demandé si je l’avais aimé, la réponse pour moi est évidente, c’est oui ! Après, dans les autres titres de l’auteur, il y en eut d’excellents et d’autres simplement bons, ce qui est déjà bien

    • C’est une écriture qui mérite qu’on s’y arrête ! J’ai vu sur Google qu’il avait deux sortes de romans, j’ai noté des titres… Si tu en as un, je prends ! 🙂

  3. Y-en a qui croise La dame blanche sur la route, d’autres des gendarmes, lui, un lièvre. Etrange, assez pour que j’aille lire des informations sur l’auteur.

    • Merci de me rappeler que je n’ai pas fait de « SUR L’AUTEUR » cette fois^^ mais vu sa loongue vie bien remplie et truffée d’anecdotes, j’y ai renoncé. Si tu vas sur Wiki tu verras qu’il a l’air assez mal en point depuis 2009…et qu’il est assez fier de lui (moqueur^^). Malgré ma première impression bizarre je relirai volontiers autre chose de lui par temps calme !!! 🙂

  4. Bonjour, tout d’abord merci de te joindre à Suomi. Je n’en ai pas fait un challenge vu le peu d’intérêt que suscite la Finlande, c’est plutôt un truc perso mais je t’inscris avec joie et plaisir. J’ai lu deux titres mais pas celui-ci même s’il attend dans ma bibliothèque depuis presque un an ! À propos de l’ours, il faut aussi dire que c’est le symbole de la Russie, qui a occupé la Finlande pendant un siècle !
    Je note ton billet bien sûr .

    • J’aime la Finlande de loin depuis longtemps et encore plus depuis que tu as fais tes billets sur le Kalevala. Ce n’est pas facile de trouver des livres sur la Finlande et des auteurs autres que Paasilinna…
      Vu que le livre est truffé de symboles (que je n’ai pas forcément tous décryptés), maintenant que tu le dis pour l’ours je te réponds « mais c’est bien sûr » !! L’Union Soviétique semble si loin alors que… Merci de ton accueil 🙂

  5. Moi aussi quand je l’ai commencé j’avais du mal, mais l’humour, la dérision continuelle m’ont bien accrochée et au final c’est un bon souvenir. J’en ai lu un autre sur un groupe qui se retrouve dans un hôtel pour un suicide collectif (me rappelle plus du titre). Incroyable, mais j’ai beaucoup ri à cette lecture. Y sont pas un peu bizarres ces Finlandais ?

    • Oui je crois qu’ils sont un peu bizarres, surtout quand j’ai lu chez Nathalie que le heavy Metal (tu sais cette musique inaudible) prenait ses racines dans le Kalevala…cherchez l’erreur mais pour en revenir à Paasilinna, l’écriture sans être somptueuse n’en est pas moins riche et…drôle !

  6. C’est le premier roman que j’ai lu de lui. Il m’a donné l’envie d’en lire d’autres. J’ai lu ‘Le bestial serviteur du pasteur Huuskonen’ que j’ai trouvé un peu long et auquel j’ai préféré « Le cantique de l’Apocalypse joyeuse » écrit plus récemment.

  7. Bouh , je viens de perdre mon comm . Bon je retape 😦
    Je l ‘ai trouvé à la bibliotheque 🙂 j ‘ai pris aussi « le journal d’un tueur sentimental  » et aussi barbapapa sur Mars (mais pas pour moi tu t’en doutes :-))

        • Bah tu sais j’ai mis 15 jours à savoir si j’avais aimé !!! Oui certes mais…ce n’est pas une lecture facile sous la légèreté apparente… et le burlesque cache des blessures plus profondes mais je pense que c’est un livre à « relire » au bon moment ! 😉 Tu as tenu jusqu’au bout c’est déjà pas mal !!! 🙂

    • J’ai eu du mal à accrocher donc je conçois qu’on puisse passer à côté ! Quant au film, il n’a paraît-il rien à voir avec le livre, dénaturé, c’est pour ça que je n’en ai pas parlé ! 😉

  8. Aah, ce lièvre ! Je m’étais ennuyée comme un rat mort, si bien que j’ai abandonné ma lecture… Faut dire que c’était une lecture obligatoire pour mon cours de français, je devais avoir 15-16 ans. J’hésite encore mais tu me donnes quand même envie de retourner y jeter un oeil… En plus, je suis curieuse, j’ai envie de lire ce passage qui t’a fait penser à Désolations, même si en fin de compte, ça n’a rien à voir ! =D

    • Ha ha ! Tu m’a fait rire mais je crois que si j’avais été obligée de le lire si jeune, je n’aurais rien compris !!^^ Le passage qui m’a fait penser à Désolations est à la fin pratiquement et c’est vraiment très bref ! Rien à voir !!! Je peux te le prêter si tu veux ?

      • Ah, c’est un passage de la fin en plus ?? =) C’est gentil mais je crois que je dois encore l’avoir quelque part (planqué sur une étagère inaccessible comme le Parfum à mon avis… Mouhaha !)… Vais aller faire des fouilles et je te dirai ! Mais c’est vrai que l’âge fait beaucoup, je m’en rends compte aujourd’hui, et pourtant je n’ai que 23 ans ! =)

        • Ha la la qu’est-ce que t’es vieille dis donc !!! 😆 Entre 15 et 23 ans on change, heureusement !!!^^ Si tu ne le trouves pas, tu sais où demander !!!^^ (la cabane c’est vers la fin quand même !)

          • Héhé, mon dernier anniversaire fut une rude étape ! 😀 Non mais je voulais dire que même si je vouais déjà un culte aux livres il y a 7-8 ans, je me rends compte maintenant que j’aborde la littérature différemment (et les blogs n’y sont pas étrangers évidemment !), que je crée plus de liens entre les découvertes que je fais par la lecture et que du coup mon champ d’intérêts s’élargit toujours plus et me surprend moi-même ! C’est génial, non ? ^^
            Sinon, j’ai donc fait des fouilles et j’ai retrouvé le Lièvre !! Il était pas si bien caché que ça, je me déçois ! 😀 Tu peux me dire à quelle page se trouve le début de la scène de la cabane ? =)

            • Ha ha, je vais te plaindre pour tes 23 ans !!! Mais je suis d’accord avec toi, avec un blog on ne lit plus de la même façon et on s’ouvre à des auteurs vers lesquels nous ne serions pas allés de nous-mêmes, et ça c’est génial ! Alors, tu as de la chance, je n’ai pas encore rangé le livre : page 133, chapitre 14 : le sacrificateur, ça commence là ! Jusqu’à 138 environ (pour la cabane, pas le chapitre !^^)… Bonne lecture !!! 🙂

              • Merci !! ^^ Je viens donc de lire le passage et ça fait effectivement penser à Désolations, l’oppression en moins. Ca a l’air un peu moins ennuyant que dans mes souvenirs mais ça ne m’a pas vraiment donné l’envie de retenter une lecture entière, je crois que je ne suis pas dans un état d’esprit proprice aux nature writing pour l’instant… =)

                • Ce n’est pas un Anne Perry ou une BD !!! Quand tu seras très vieille (vers 25 ans 🙂 ), tu réessaieras !!! 😆 Au fait, tu fais le RAT samedi avec nous ???

                • Ahah, tu me fais rire ! 😀 J’aime pas trop les BD et je n’ai toujours pas tenté Anne Perry (même si ce n’est pas l’envie (et les tentatrices… :D) qui manque !). J’allais justement commenter ton billet sur le RAT ! J’ai très très très envie de le faire de 10h à 22h le samedi mais pfff je pars en week-end à la mer de jeudi à dimanche et apparemment il n’y a pas de connexion là-bas… 😦 Puis j’aurai ma soeur et mes parents dans les pattes, et je serai loin de mes habitudes donc même si ça risque d’être sympa, c’est pas du tout l’idéal pour ce qui est de la concentration… A voir jeudi quand j’aurai investi les lieux, mais à mon avis j’agiterai les pompoms en pensées ! 😦

                • 😀 !!! Bon, c’est un peu triste que tu ne le fasses pas ! Mais…si tu avais une connexion, si il pleuvait des cordes, si tout le monde reste sous sa couette, bref peut-être qu’on verra au moins le bout de ton nez !!! 😆 J’indique des pistes, mais Bison Futé c’est toi !!! Tu verras quand tu auras pris possession du territoire, voir si tu peux t’aménager une tente insonorisée pendant au moins 6 heures…un demi-demi rat, ha ! c’est mieux que rien ! Ou les pompons si vraiment trop pas !!! 😀

                • Dis, Aspho, c’est pas très gentil d’invoquer la pluie hein ! Faisait grand soleil hier, ce matin je me lève : orage et drache nationale à Bruxelles ! 😀 Mais c’est vrai que s’il fait ce temps-là samedi, ce sera presque un RAT obligé ! 😆 Sans connexion, c’est tout de suite moins drôle, je verrai ce que je peux faire… Et au pire, ce ne sera certainement pas le dernier RAT de notre vie de blogueuses !!! 😀

                • Tss tss pas besoin d’invoquer la pluie en ce moment, elle arrive toute seule !!! 🙂 Et quand on vit dans le Nord profond (Bruxelles !!!), c’est pire !!! Tu vas en Terre Inconnue ? Sans électricité ? Ca fait du bien de temps en temps ! 😆 Et puis parle pour toi, tout le monde n’a pas 23 ans, qui dit qu’il y aura des RAT encore longtemps pour certaines, hé hé !!! Je vis l’instant !!! 😀

                • Effectivement, mais là on avait enfin une journée de canicule (comment ça, tout de suite les grands mots ?? :D) après un mois de pluie incessante et de draches nationales… Non, la terre inconnue (plus si inconnue que ça puisque j’y vais depuis 10 ans :p) sans eau courante mais avec panneaux solaires, c’est pour cet été ! Là, je vais chez les Flamands, c’est bien pire ! 😆 Et puis fais pas comme si t’étais au bord de la tombe hein, tu m’as l’air d’être une bonne vivante !! 😀

                • Muhaha la canicule à Bruxelles !!! Là excuse-moi j’ai un début de hoquet quand même !!! 😆 Bon courage chez les flamands, hou, pas commodes… ET NON MAIS !!! Je ne suis « pas au bord de la tombe » (quoiqueu…) mais je n’ai plus 23 ans depuis longtemps, donc pas la même perception du temps que toi, c’est normal !!! 😀 Ca ne m’empêche pas d’être une bonne vivante, au contraire !!!^^

  9. Te moque pas de ma canicule !!! 😀 J’ai mis plein de livres dans ma valise au cas où RAT pour moi il y aurait… et je file ! Je trouverai peut-être du wifi quelque part mais je te dis déjà bonne fin de semaine, bonnes lectures et bon RAT !!! 🙂

  10. Ping : Tuomas Kyrö, le petit frère d’Arto Paasilinna | CherMedia

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s