LES PLUMES DE L’ANNÉE 16 – LES TEXTES EN P !


Pour cette dernière session avant les grandes vacances et les mots en Q, je remercie tous les participants qui ont permis aux Plumes de vivre dans la bonne humeur pendant ces quinze jours ! Aujourd’hui, par ordre d’arrivée des liens, nous avons :

Cistu, Marie-Floraline, EeguabAmélie, Pierrot Bâton, Insatiable Charlotte, Valentyne, El Canardo, Dimdamdon et les mots en O Manuel, Monsieur Normal, Mind The Gap, Cériat, Zoé, Marlaguette, Jeanne, Lilou , La Plume et la Page, Lucie et ses Facéties , Soène, WensCatherine, Christine (chez 32 octobre), Solange, Célestine, 32 octobre , Shirshasana, La Fllibust , Jean-Charles. Les « entre parenthèses n’ont pas laissé leur lien hier, merci à eux de le faire rapidement dans la matinée, si possible, merci pour moi ! Et si j’ai oublié quelqu’un n’hésitez pas à me le signaler , ça peut arriver…

Les mots à placer étaient : poussiéreux(se) – pluie -pré – persévérance – parcimonie – picorer – page – perdu(e) – pétillant(e) – pédalo – putréfaction – pollen – pardon – persan – pivoine – partage – poudrer – (procrastination en facultatif). Et mon texte ci-dessous :

L’ENVERS DU DÉCOR (suite du texte de la semaine dernière, ici).

C’était toujours comme ça dans le pré carré de la vie de Charlie, le soleil au zénith chassé par une pluie de printemps poussiéreuse, de celle qui laisse des traînées sales sur le visage. Elle s’ennuyait en regardant le jardin rafraîchi par l’ondée ; les pivoines, le cœur offert mariaient leur pollen à celui des roses trémières. Platon, le chat persan boudait sous l’orme, vexé d’être bloqué par l’averse et, évitant de regarder les  oiseaux qui continuaient à picorer sur leur branche en le narguant. Bientôt l’eau stagnerait, se mêlerait aux feuilles et la terre commencerait son processus de putréfaction. Charlie, le nez pincé d’avance,  songeait à l’été qui approchait, à la ville désertée, aux longues après-midis écrasées de chaleur, sans bruit, incolores quand, même les chats se retiennent de miauler. Tout arrêter et repartir plus loin ? A quoi bon ? Elle savait maintenant que sa solitude serait sans partage. Elle pensait à ce petit pédalo qu’elle avait dans la tête et qui ferait des vagues très bientôt… Il lui restait ses nuits.

Pierrot fut le premier à arriver ce soir là, il  la vit de loin derrière le bar, de profil ; elle se tenait droite dans son jupon blanc, le visage délicatement poudré, si belle qu’il  faillit basculer en stoppant net sa marche. « Qui se cache derrière ce sourire ? », pensa-t-il en continuant d’avancer. La persévérance qu’elle mettait à rester aux frontières de sa vie était une force, il le savait. Elle ignorait la parcimonie en donnant ainsi mais n’était-ce pas une manière de ne pas être perdue dans un labyrinthe plus intime ? Elle sautait des pages souvent mais en réinventait d’autres au besoin…pour eux. Parfois son visage semblait demander pardon tout en regardant derrière ou bien devant ; qui guettait-elle ou craignait-elle ? L’éclat pétillant de ses yeux s’éteignait, soufflé comme une bougie par le vent, comme en ce moment où son regard dans celui de Pierrot est un appel au secours ! Il n’a pas le temps de lui demander ce qui ne va pas, elle s’effondre en tournant un peu et sa chute claque sur le vieux plancher. Pierrot s’avance, il va appeler les pompiers qui sont à côté, il a juste le temps de voir qu’elle tient une lettre en boule dans sa main, accompagnée d’une photographie…

Publicités

87 réflexions au sujet de « LES PLUMES DE L’ANNÉE 16 – LES TEXTES EN P ! »

  1. Un début de roman très intrigant! Je suis contente de retrouver Charlie :-). J’aime particulièrement dans ton texte : « La persévérance qu’elle mettait à rester Aux frontières de sa vie était une force »

  2. Belle histoire, mystérieuse et émouvante. On ne saura pas encore sa fin ! Il va falloir que tu la continues…
    Chez moi, les pivoines ne fleurissent pas avec les roses trémières. Elles sont en décalage.
    Bises♥

  3. Ah non !!! a été ma réaction à la lecture… Asphodèle me laisse sur ma faim.
    Ah oui !!! la suite la semaine prochaine. Asphodèle aime nous faire languir de ses mots.

  4. Je suis exactement de l’avis de Valentyne, j’aime énormément cette phrase là. Tu ne pourras pas échapper à la suite…ton pédalo interne peut tellement inventer des lignes, des pages , des vies mais c’est épuisant de trop pédaler, une question d’équilibre de muscle et de choix en somme.
    Je viens de fixer le visage de Romain Gary, je reviendrai pour lire les articles que tu as fait sur lui, aujourd’hui je n’en ai pas envie mais je reviendrai pour cela…j’ai hâte d’en savoir plus…
    Bises.

    • Tu penses que je peux pédaler à tout va ??? Je me fatigue aussi ! 🙂 J’essaierai de faire une suite mais pas avec des mots trop…incompatibles !
      Il vaut mieux que tu lises d’autres billets sur Gary après avoir fini ton livre … Et je comprends que tu veuilles en savoir plus !^^

      • Je l’ai fini…maintenant reste à savoir comment je vais pouvoir en parler…il m’ a remué les tripes ce livre là, je le place au même niveau que Belle du Seigneur…c’est dire !

        • C’est triste quand on l’a fini ! Fais ton billet très vite (ou du moins le brouillon) avec tes impressions à chaud… J’ai des tonnes de notes sur BDS mais d’avoir attendu… Et Gary vaut bien Cohen, certes ! 🙂

  5. Une tonalité bien différente de celle de la semaine dernière, moins éclatante, plus nostalgique peut-être… Je n’ai pas participé, pas le temps, pas envie non plus, trop de soleil, trop de couleurs… 🙂

    • Oui différente mais c’est « l’envers du décor » et j’avoue que là c’est moi qui aie besoin de repos ! Il y a encore un vent très frais sous le soleil… Profites-en ! 😉

  6. Oui c’est indéniable… ton écrit est très émouvant.. et les mots glissent.. cela ne semble vraiment pas incompatible…ou encore imposé. Moi j’ai adoré le coeur offert des pivoines mariant leur pollen à celui des roses trémières.. Je suis souffé et reste suspendu … à la fin de ton texte ! Bravo !

    Coincoins offerts

  7. Moi je croyais qu’il fallait une abeille pour marier les pollens… Tu crois qu’elles peuvent se mélanger les pollens comme ça, les fleurs ?…
    J’ai beaucoup aimé aussi, c’est poétique, et cette fois-ci, j’suis bien d’accord avec ton « Choupinet », t’as de beaux mots, tu sais !
    Bisous du soir : il pleut…

    • Je fais la pollenisation à ma façon hein ! 😆 on va pas rentrer dans les détails non plus ! Je ne suis pas biologiste !!^^ Bisous du soir au soleil… Pas de chance à Lyon ! Bonne nuit ! 🙂

  8. Je viens de finir de lire les textes, et comme d’habitude, je termine par le tien. J’aime bien Charlie, je suis contente de la retrouver, et j’espère que la suite arrivera très vite, même si je comprends tout à fait ton besoin de « pause » écriture. Mais… pas trop longue, la pause, hein ??? 🙂

    • Tu viens de finir et moi je m’y remets ! Pas de grande pause, juste ce qu’il faut pour recharger les batteries ! Et tout dépend des mots aussi… Bon dimanche ! 🙂

  9. Me voilà calmé. (désolé pour le retard et l’emportement sur les mots en O…)
    Armé d’une nouvelle expression : « Triste comme un pédalo à une place » !
    Merci pour cette belle page de spleen assumé. Je sais pas pourquoi mais j’ai toujours une préférence pour l’envers du décors ? Et complètement d’accord avec Valentyne et Mind The Gap pour souligner cette superbe phrase “La persévérance qu’elle mettait à rester Aux frontières de sa vie était une force”. Je me demande peut-être juste un peu si c’est vraiment une force constructrice ? Et je résiste à grand peine à hurler (encore!) Charlie, c’est moi, ce qui serait un peu n’importe quoi !
    Une très bonne récup après toutes ces écritures/lectures. Bravo !

    • Heureusement que tu es calmé !!^^ Pour répondre à ta question (la force constructrice) je dirais : Oui certainement puisqu’elle a trouvé un équilibre…pour l’instant ! Rien n’est jamais acquis, on le sait bien… Merci de ces longs commentaires qui posent des questions intéressantes ! Mais fais attention à tes cordes vocales !!! Bonne fin de soirée. 🙂

  10. Va-t-on enfin connaître le fin mot de cette histoire ? 😀 J’ai hâte de savoir la suite, parce que les choses deviennent enfin intéressantes. 😀 Comme toujours, je me laisse attraper par ton histoire, tu sais maintenir le suspens, mais ne nous fais pas trop attendre, quand-même. 😉

  11. Je viens de relire le texte de la semaine dernière et j’ai enchainé avec celui de cette semaine. Les atmosphères sont bien différentes, et ça ne laisse rien présager de bon pour cette pauvre Charlie… Que cache-t-elle ?
    J’attends donc la suite pour savoir de quoi il retourne !

  12. Ben j’ai raté une marche… rendez-vous aux textes en « Q ». Je sens que ça va m’inspirer…
    Pas vu passé les mots en « p »!
    Bises
    PS c’est quand les mots en Q… ?
    Puis-je proposer « Quintessence » ou c’est trop tard?

    • Oui c’est trop tard Bettina car les vacances sont finies pour moi ! C’est Olivia qui reprend le flambeau demain et les Q seront pour les vacances d’été !! Bises mais à bientôt quand même…

      • Bon ben à plus tard… je ne comprends pas tout… n’ayant pas toujours le temps de lire les blogs de nos chers « grands lecteurs »… Mais ce n’est pas grave… Préviens-moi quand il y aura du « lourd »!
        Bises, et à plus, j’espère que tout va mieux pour toi au niveau de ta santé…
        Bettina
        PS: je suis beaucoup sur FB depuis l’émission que j’ai faite sur Radio cultures Dijon, et en lien avec des écrivains… mais je ne vous oublie pas, BIEN SÛR!

        • Ne t’inquiète pas ! Les Plumes sont rentrées jusqu’aux vacances d’été !!! Je pense que tu seras prévenue d’ici là non ??? Je vais un peu mieux mais je n’ai pas le temps d’aller sur FB…. Le blog en ce moment me monopolise pas mal et j’ai beaucoup de lectures ! Je passerai un vendredi en allant chez Vendredi Lecture !

  13. Et bien voilà, c’était plus fort que moi et la lettre « P » m’a inspirée!!! Je ne demande pas à être citée dans ta liste, juste à te faire découvrir mon texte!!! J’aime me laisser prendre au jeu des mots!!! Voici donc mon message de « P »!!!
    http://dimdamdom59.over-blog.com/article-message-de-p-103594622.html
    Aussi je profite pour te laisser l’adresse de l’annuaire pour les Nuls dont je suis l’administratrice et si le coeur t’en dit de t’y inviter.
    http://annuairepourlesnuls.fr
    Bonne soirée.
    Bisous
    Domi.

    • Merci Domi, je vais rattraper mon retard chez toi demain sans faute et j’irai voir de plus près ces « NULS » :). Je t’ajoute quand même aux mots en P ! Pas de souci… Bises et bonne nuit !

  14. Bien sûr j’attends la suite mais avant repose-toi bien Asphodèle et bravo pour ton texte nostalgique « à la pluie poussièreuse, de celle qui laisse des traînées sales sur le visage »…
    Pas eu le temps d’écrire cette fois-ci!

    • Merci Claudia, je préférais celui de la semaine d’avant… Si les mots me parlent je ferais la suite, sinon repos ! Toi aussi tu as été bien occupée avec ces vacances !! 😉

  15. les commentaires de Christine :

    bonjour Danielle!
    Eh! je vais pas revenir alors que je me suis fait jeter !!!
    Voici mes retours des textes en « P »

    Xiexie ni! (= merci à toi en chinois)

    Pour Cériat :
    « Merci, pour tes mots toujours sympas ! »

    Pour Amélie :
    « merci ! étonnée ou essoufflée ?!

    Pour Cistu
    « l’amour sans frontières et sans limite… »

    Pour Pierrot Bâton :
    « Alors moi, je n’ai pas d’affinité particulière avec les chats, mais ton texte me rappelle un certain dessin animé … ! »

    Pour Histoire et nouvelles
    « J’ai bien aimé ton texte .C’est pas toujours bon d’avoir la tête dans les nuages … »

    Pour Blogart ( la comtesse)
    « Ton personnage est attachant ,on la devine très bien. Beaucoup aimé les putréfactions carbonifères de la forêt automnale, l’image en est belle et la syntaxe pas si laide … »

    Pour Soène :
    « Je verrais bien ton texte illustrant un joli almanach rétro… »

    Pour En effeuillant le Chrysanthème
    « Super, j’adore, tout à fait le style que j’aime : rythmé, éclatant…Postillonnant dirais-je ! »et l’histoire est drôle ! »

    Pour les audaces de Shir :
    « Elle en a du travail, Madame la Mort ! Vu sous cette angle, on a presque envie de la rencontrer tellement elle a l’air marrante ! »

  16. Ping : UN NUAGE AU-DESSUS… |

  17. Ping : LA MÉMOIRE DU PHARE… |

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s