JUSTE AVANT de Fanny Saintenoy


Un livre qui a beaucoup voyagé depuis son départ de chez Jeneen et qui me faisait un peu peur. Peur d’être déçue forcément après tous les avis enthousiastes lus ici et là… Eh bien non ! Je l’ai lu en apnée en deux heures de temps, accrochée par la plume douce, forte et pudique de Fanny Saintenoy…

Que se passe-t-il juste avant que l’heure fatidique du décès d’un être vivant soit prononcée ? Parce qu’elle se pose cette question, l’auteure rejoint Bergerac et la maison de retraite où sa bisaïeule est en route pour son dernier voyage. Mais surtout pour  ne pas la laisser seule avec sa peur, pour que le lien puissant qui les relie ait un sens juste à ce moment là.

Pendant cette longue agonie (qui n’est jamais morbide ou larmoyante), Fanny, l’auteure, nous dresse en quelques chapitres l’histoire de cette arrière grand-mère et la sienne mais aussi celle de quatre générations de femmes qui se sont succédé pendant presque un siècle. Elle alterne, d’un chapitre à l’autre sa voix et celle de Granny qui en se perdant dans ses souvenirs nous en restitue une part précieuse. Et jamais les deux voix ne se heurtent, elles finissent par se rejoindre en une belle unité et se fondent en une seule mémoire. C’est qu’elles ont vécu en matriarcat d’une part et en matriarcat « triangulaire » d’autre part de façon assez unique : la grand-mère, la petite-fille et l’arrière petite-fille ont été amenées à vivre ensemble à chaque génération. Fatalité, coïncidence ? Il faut dire « que les hommes n’ont pas résisté » dans cette lignée de femmes  libres et fortes, on les voit pas beaucoup sur les photos… En remontant ainsi le fil du temps, de Granny à sa propre fille, Milena (qui sera la cinquième génération), l’auteure nous raconte par petites images courtes mais explicites le destin de toutes. Inutile de dire qu’avec un tel sujet, il fallait du talent pour ne pas tomber dans une saga familiale en cinq tomes ! Ni dans un doucereux mélo de circonstance. La tendresse et l’humour fonctionnent à merveille. Granny m’a fait rire au début quand elle parle du temps que l’on peut mettre à mourir : « Dix ? Quinze ?  La maison de retraite, l’hôpital et encore la maison de retraite, quelle fatigue ! Mais je ne suis pas pressée, faut du courage pour se dépêcher de mourir, je préfère encore m’ennuyer. J’ai souvent entendu les gens dire, du haut de leur grande jeunesse : « Si j’étais comme ça, je préférerais mourir . » J’aimerais bien vous y voir petits frimeurs. Quand le moment est venu, on s’emballe beaucoup moins. »

Daniel Pennac a écrit une lettre à Fanny Saintenoy après avoir lu son livre dont cet extrait qui figure sur le bandeau de la couverture : « C’est un beau et juste texte, d’une gaieté étrange. » C’est exactement ce que l’on ressent. J’ajouterai que c’est un livre sur la vie, la mort, la filiation et l’amour qui se transmet de femme en femme, comme un indispensable nécessaire à couture, un nouveau trousseau aussi pour que la suivante ait un avenir meilleur encore que celles qui l’ont précédée…. Ce livre est un exemple de délicatesse.

SUR L’AUTEUR (ici au salon du livre cette année) :

Après avoir été professeur de français langue étrangère, puis responsable du centre d’apprentissage des langues de la Cité internationale universitaire de Paris, Fanny Saintenoy travaille aujourd’hui au cabinet du Maire de Paris.(Sic la quatrième de couverture).

Il a été lu par Jeneen bien sûr qui a adoré,  Sharon,  Astrid, Liliba, Clara et beaucoup d’autres que je n’ai pas eu le temps de « recenser »… Si vous me laissez le lien de votre billet je le rajouterais.

C’est un premier roman qui compte donc une participation au Défi Premier Roman d’Anne et comme nous sommes jeudi, que j’ai lu ce livre (119 p) hier en peu de temps, je m’associe au « Un jeudi, un livre » de mon amie George !

Publicités

44 réflexions au sujet de « JUSTE AVANT de Fanny Saintenoy »

  1. Tu es bien plus fidèle que moi à ce rendez-vous ! pourtant aujourd’hui j’ai décidé d’y être aussi, au rendez-vous, mais je ne sais pas encore avec quel roman, il faut d’abord que je finisse les quelques pages de mon roman en cours !
    Le sujet grave de ce roman aurait tendance à me le tenir un peu à l’écart, mais la façon dont tu en parles me fait réfléchir !
    Bonne journée ma belle !

    • Je le trouve idéal ce rendez-vous pour les romans courts !^^Bien sûr que le sujet est grave mais traité avec autant de pudeur il n’est pas racoleur ni triste ! Je te le conseille…pour un prochain jeudi ! 🙂 Bises ♥

  2. J’ai lu ce livre il y a un moment, j’en avait brièvement parlé. J’ai eu beaucoup de mal, l’omniprésence de la mort a été un frein pour moi, je n’ai pas réussi à me laisser porter par la légèreté et la douceur…
    Mon ressenti de lecture est tellement lié à mon état émotionnel du moment que ma lecture aujourd’hui serait sans doute différente…
    Mais pour ma part un peu déçue par ce livre souvent critiqué favorablement…

    • C’est sûr que l’on ne peut pas occulter totalement ce point là mais j’ai trouvé que la pudeur et la tendresse dépassaient « l’évènement » et l’écriture est appropriée. Mais je suis d’accord, un livre est une question de moment, tu l’apprécieras peut-être plus tard… 😉

  3. coucou,
    whaouh ! tu en parles bien ! je suis très contente qu’il t’ait plu puisque (quoi ? certains l’ignorent encore ?) je l’ai adoré. tu sais que l’auteur répond gentiment à toute question si tu lui envoies un mail ? (sur le site indiqué en lien à la fin de mon billet).
    Son voyage prend fin chez toi mais tu peux l’envoyer à George si elle veut.
    au fait, le lien de Liliba : http://liliba.canalblog.com/archives/2011/09/30/22161221.html
    biiiiiz ma vendéenne….j’espère que tu vas mieux…

    • Youhou ma korrigane !! Oui j’ai vu hier en allant chercher ton lien ce que tu disais pour la contacter : mais je n’ai pas ta témérité, je suis trop timide pour la contacter, moi !!! Non mais franchement, il n’y a que toi pour avoir ce genre d’idées !! Je vais de temps en temps sur le blog de Thomas Vinau car il est très accessible mais il ne me répond pas personnellement non plus !! J’en serais mortifiée… Merci pour le lien de Liliba, ça en faisait beaucoup hier soir à ajouter : les liens me prennent plus de temps que le billet !!! Je vais demander à George si ça l’intéresse bien que j’ai cru comprendre que sa PAL débordait de partout… Sinon je te le renvoie lundi !^^(je n’ai personne pour aller à la poste d’ici là, faut que je sois organisée). Et je pense sortir (ENFIIIIN) LA SEMAINE PROCHAINE !! Il va pleuvoir tu vas voir… Gros bisous bigoudène armitagée sous son dolmen !!! 🙂 ♥

  4. je vais tenter de te mettre une adresse mail bidon…j’espere que mon comm pourra passer!
    ce livre,vu ma situation actuelle,je ne sais pas si je pourrai le lire…il me tente mais…je note,pour plus tard..

    • C’est bizarre car cela avait l’air de remarcher ! Pour moi ça remarche avec mon adresse Yahoo et donc mon gravatar ! Lili qui est Canalblog a dit aussi que ça remarchait depuis hier ! C’est pénible ces mises à jour des plates-formes !! 😉 Pour le livre, je pense que tu peux le lire car ça n’a rien à voir avec un deuil « triste », la mamy est même soulagée de partir bien qu’elle ait peur (c’est humain !!!) mais le sujet est traité si pudiquement que non, on n’est pas triste ! Mais c’est toi qui vois…

  5. Toi alors, tu m’épates, Miss Aspho, tu lis ce livre en deux heures (je serais curieuse de savoir combien de temps il me faudrait à moi…) et tu fais un billet d’une pierre 3 coups, pour le jeudi, c’est citation, défi premier roman et un jeudi, un livre…
    Souvent les relations avec les grands-parents sont plus belles qu’avec les parents directement…
    Ce livre a l’air sympa…
    Bisous

  6. Ben moi aussi je l’ai lu, j’étais dans la chaîne avant toi 😉 Un roman qui célèbre la vie jusqu’au bout, même dans la simple présence, et c’est comme ça que l’on devrait toujours aborder le « Juste avnt » !

    • Oh ben pardon, je l’ai tellement vu sur les blogs depuis la rentrée et avec ma mémoire défaillante… C’est plus un hommage à la vie qui continue qu’une complainte sur la mort c’est sûr ! Et on ne peut pas (hélas) généraliser ce « juste avant » surtout quand la personne est prête depuis longtemps… Certains ne le sont jamais !
      P.S. : En regardant les cartes adressées à Jeneen dans le LV j’ai vu une Anne qui envoie …le Mont Saint-Michel, si tu te planques en plus !!! 🙂

    • La gaieté du ton employé par l’auteure est telle que ce livre est « abordable » en toutes circonstances mais c’est toi qui vois cher Richard ! Toutes mes amitiés ! 🙂

  7. Tu en parles bien, et tu donnes envie ! Je note le titre pour plus tard, là mon grand père est à l’hôpital, et même si ce n’est pas trop grave, je ne sais pas si je pourrais appréhender la lecture correctement !

    • Je pense que tu le pourrais car ce n’est pas du tout larmoyant mais connaissant ta sensibilité, peut-être plus tard effectivement ! 😉 C’est aussi une belle leçon de vie !

    • Tu ne l’as pas chroniqué ? ça ne m’étonne pas de toi !!! J’aurai pu écrire sur une seule de mes grands-mères mais pas mon arrière ! ;). Je vais aller chez So voir si elle a un lien !

  8. Quelle écriture délicate et quel beau clin d’oeil à la vie que ce premier roman, il ne pouvait que te plaire.Je ne sais pas si elle en prépare un autre, à suivre…
    Bon, mets ton cache-nez la semaine prochaine, ils annoncent une chute des températures..mais tant que c’est pas toi qui chutes…(allez, je sors, comme dirait notre dolmennisée). bises

    • Tu l’as chroniqué bougresse ? Je sais qu’à un moment, sachant que j’allais le recevoir je lisais les billets en diagonale…donc il se peut que j’ai « effleuré » ton billet…
      J’espère qu’il ne va pas geler non plus car nous n’aurions pas de fruits cet été !!! Et je n’ai pas besoin de chuter pour être à terre 😆 Bises ♥

  9. Je suis heureuse que ce livre t’ait plu. Encore aujourd’hui, il me laisse un bon souvenir. Un seul regret : l’avoir déjà lu et ne plus avoir le plaisir de le découvrir.

    • C’est vrai qu’il « poursuit » après la lecture… Il parle de choses qui ont forcément un écho en chacun d’entre nous, à différents degrés… Et sans nous plomber le moral ce qui est une performance ! Il n’y a plus qu’à souhaiter que son deuxième soit aussi bien !^^

  10. Comment ça, c’est pas bien rangé chez moi ???? Tu vas sur la colonne de droite, tu descends jusqu’à « Auteurs de A à Z » , tu cliques sur « des auteurs et des titres » et ensuite tu suis l’ordre alphabétique. Fastoch’, non ?

    • Bah oui…mais il devait être tard et mes yeux « berlutaient », tu sais bien ! D’ailleurs je n’ai même pas mis mon billet à jour, c’est te dire l’entrain !! Allez !

  11. Ping : TOP TEN TUESDAY 2 ! |

  12. Je viens de le lire (mon billet paraîtra jeudi, j’ai pris de l’avance, pour une fois 😉 ) ! Mais pas trop emballée finalement, trop plombant pour moi, pas larmoyant en effet, mais l’impression que l’auteur ne m’a pas laissé une petite place dans son histoire familiale, si bien que je me suis un peu perdue !

    • C’est bien aussi quand on ne ressent pas les mêmes choses ! Je n’ai pas d’avance pour jeudi…je suis débordée par l’écriture ce jour là, il va falloir que je m’organise différemment… 😉

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s