Un jeudi avec les Fitzgerald…


En fait je lis actuellement « Lettres Zelda et autres correspondances » et, passé la première moitié un peu fastidieuse à cause de nombreux renvois et de personnages totalement inconnus, j’arrive à la période 1930 où la « folie » de Zelda est déclarée, diagnostiquée et je me sens sonnée. J’avais besoin d’en parler avant de poursuivre la seconde moitié. Et je peux vous dire que cette première partie justifie largement un billet… Ce livre est ardu, passionnant et…douloureux. Car tout ce qui semblait jusqu’à présent suggéré, évoqué dans les livres de l’auteur ou dans ceux qui ont été écrits sur lui (et sur elle) devient réalité. Pas toujours celle qu’on imaginait. Je pense avoir certaines réponses qui font écho à mes lectures précédentes (Alabama Song, Zelda, La ballade du Rossignol roulant, Lots of love) mais pas toutes. Loin s’en faut. Et je comprends mieux le travail des traducteurs, des historiens pour nous renvoyer des images « plausibles » et impartiales concernant ce couple de légende. Je comprends mieux aussi pourquoi certaines questions resteront en suspens et les réponses voilées se perdront dans la brume du mythe. Il y n’a  que deux lettres de Zelda pouvant accréditer certains faits… mais je ne l’ai pas encore fini ! Les lettres étant classés par ordre chronologique, je sais un peu à quoi m’attendre à partir de 1931 mais pour la période où j’aurais aimé pouvoir démêler le vrai du faux précisément eh bien je vais devoir tirer mes propres conclusions comme l’ont certainement fait bien d’autres avant moi…

Toujours est-il que Fitzgerald a été un épistolaire prolixe. Si Internet avait existé, beaucoup de ces courriers auraient fini dans la « corbeille » d’un P.C. Dès son adolescence, il a été retrouvé des correspondances avec son entourage. Peu de lettres à Zelda et encore moins de Zelda jusqu’en 1930, date à laquelle elle subit son premier internement à la clinique de Prangins en Suisse. Mais des « correspondants », tels Hemingway, Scribner (son éditeur) qui parlent de la vie qu’ils ont menée dès le succès de l’Envers du Paradis (premier roman de l’auteur) et surtout un courrier énorme avec le succès de Gatsby, considéré par ses amis et Fitz lui-même comme « ce qui avait été écrit de mieux jusqu’à présent ». On y trouve aussi dans les rencontres qu’il a faites, des personnages comme Edith Wharton qu’il n’aimait guère, Gertrude Stein qui l’adorait, et tant d’autres dont les noms ne sont pas passés à la postérité. Pour l’anecdote, l’influence du personnage d’Elizabeth de Jane Austen dont il aime à dire  » (à qui nous sommes redevables des manières d’un si grand nombre de nos épouses) ».

Il me faudra relire aussi encore et encore, jusqu’entre les lignes pour être sûre de ne pas être partiale. Car il est facile de l’être à la lecture de certains courriers. Et puis l’oeil s’aiguise,  relève ce qu’il n’avait jamais lu auparavant, recoupe, et finit par avoir quelques certitudes. Encore fragiles avant de vous résumer ce livre dans toute sa teneur, de restituer toutes les informations qu’il recèle. Mais aussi et la question reste entière pour moi : pourquoi certaines lettres et pas d’autres  ? Quand on sait que Fitzgerald était un « communicant » avant l’heure, qu’il savait avant tout se vendre, qu’il savait que son courrier passerait à la postérité. A moins que ce ne soit cette « postérité » justement qui en choisissant de faire la part belle à l’auteur (et aux ventes faramineuses) ait opté pour la sécurité en protégeant le succès éternel de l’écrivain à travers les générations sans trop écorner le mythe. Dans cette optique évidemment, qui peut nous assurer que certaines lettres n’aient pas disparu ? Ou sont peut-être encore cachées quelque part (pas beaucoup de chances mais allez savoir !).

Le devoir de mémoire est entre les mains des arrières petits-enfants maintenant, Scottie, l’unique fille du couple étant décédée en 1986.  La légende est-elle à jamais figée dans ce que nous savons déjà, dans tout ce qui a été répertorié et exploré jusqu’à présent ? On peut le souhaiter d’une certaine manière même si je déplore que des moments « clé » de la vie du couple, de ce qui a donné matière à d’infinies spéculations restent à jamais dans l’ombre crépusculaire des idoles. Et comme l’a dit Scott lui-même à propos de son livre, « Gatsby le magnifique » :  » Tel est le fond de ce roman – la perte de ces illusions qui  donnent une telle couleur au monde qu’on n’a nul souci que les choses soient vraies ou fausses tant qu’elles participent de cette glorieuse magie ».

Gallimard ©1985 – 385 pages. (171 pages lues).

Publicités

25 réflexions au sujet de « Un jeudi avec les Fitzgerald… »

  1. Que voilà un beau billet, on comprend ton émotion. Je ne pense pas aller jusqu’à lire cette correspondance donc je vais suivre ta lecture avec intérêt. Bonne lecture, des bises pour toi.

    • Merci Nath ! C’est un livre qui démythifie beaucoup, qui apporte des réponses mais pas toutes ! Il faut être très fan pour le lire… Et j’y vais par paliers…tant il y aurait à dire ! Gros bisous 🙂

    • C’est le but, d’en savoir au maximum sur lui pour appréhender l’oeuvre sous un autre angle vu que j’ai presque tout lu de lui (mais pas sur lui)… Et quand on aime… 🙂

    • Ha non ! Ce n’est pas ce que j’ai voulu dire ! Mais avec ce que je sais déjà (lettres à Scottie), il contrôlait aussi sa correspondance, donc que certaines lettres ne réapparaissent jamais n’est pas exclu. J’ai encore l’autre moitié à lire et ce ne sont essentiellement que des lettres de cette pauvre Zelda : il va y avoir beaucoup à dire … Bises♥ (une seule lettre déjà mériterait un billet, une seule ! 😉 ).

  2. J’ai fini il y a quelques jours Zelda de Jacques Tournier et je n’arrive pas à en faire un billet. Je me contenterai presque d’en citer quelques extraits ceux-ci se suffisant à eux-mêmes. C’est gonflé !
    Plus le temps passe, plus c’est difficile mais je vais me botter les fesses.
    Quant à lire autant de choses que toi sur ce couple je n’y songe même pas. mais comme d’autres ici je lirai ce que tu nous en résumeras. 😉

    • Plus on attend pour un billet, plus on a du mal à le faire ! 😉 Mais je ne suis jamais rassasiée à propos d’eux, c’est pour ça que j’ai lancé un challenge, il y a de quoi faire en même temps ! 🙂 Pour avoir lu Zelda et les circonstances où Scottie a donné des lettres à Jacques Tournier, pourquoi ne sont-elles pas « sorties » plus tôt » dans le livre que je lis par exemple et qui est antérieur ? D’où certaines questions que je me pose … Je mène l’enquête…

  3. coucou, eh bien, ça c’est de la passion pour le vie de ce couple ! tu as bien raison, connaitre leur vie aide sans doute à mieux comprendre les écrivains. (dommage, j’aime beaucoup Edith wharton, d’où mon pseudo !) Pour ton challenge, je suis dans « l’effondrement » de Fitz…en anglais…je t’en reparle…biz ma vendéenne préférée !

    • C’est aussi l’envie de savoir certaines vérités et de les apprendre par moi-même, ce n’est pas pareil… Ca casse parfois l’image mais c’est un risque à prendre ! Biises mon armitagée !!^^ A bientôt ♥

  4. Salut Asphodèle! Je n’ai pas lu la correspondance de Fitzgerald mais je vais pas tarder à me replonger (pour la troisième fois!) dans The Great Gasby. Je vois que tu es aussi une mordue du couple. C’est dingue comme ils fascinent, c’étaient des « monstres » littéraires que ce soit dans l’écriture comme dans leurs vies. Un couple mythique que je n’ai pas fini d’explorer. Sur youtube il y a pas mal de documentaires passionnants, j’en ai déjà vu un sur la vie après Zelda de Fitzgerald.

    • Moi aussi j’ai encore tout plein à lire et à relire, si je m’écoutais je ne ferais que ça pendant 6 mois mais je crois que ça lasserait tout le monde !!!^^ Je n’ai pas trouvé grand-chose sur youtube à part la video avec Scottie quand ils vivaient dans le sud de la France… Un documentaire sur la vie après Zelda dis-tu ? Mais Scott était déjà mort ! Il faudra que j’aille voir ça de plus près…

  5. Ping : CHALLENGE FITZGERALD et ses CONTEMPORAINS, Les Enfants du Jazz – Récapitulatif, clap 2 ! |

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s