LES PLUMES DE L’ANNÉE 13 – LES TEXTES !


Les mots à placer étaient : matin – mélancolie -mariage – moulin -mausolée – minuscule – marmelade – mauve – mouchoir – mimétisme – miniature – merveilleux – méandre(s) – murmure(s) – martingale – mélange – misérable.

Merci beaucoup aux participants de cette treizième session des Plumes d’avoir fait l’effort de concocter un texte malgré la fatigue occasionnée par les Fêtes encore proches ! Par ordre d’arrivée des liens : Suzame, Mind The Gap, Insatiable Charlotte, Anne de l’Âne de Bretagne (j’avais oublié, Shame on me !!!), ClaudiaLucia, Jul. (qui est revenue^^), Valentyne, Patricia qui publie chez Jeanne, Ary@ne-ElCanardo, à qui je souhaite la bienvenue pour son premier essai ! Cériat, Christine chez 32 Octobre, Jean-CharlesPierrot Bâton, Wens,Zoé, Soène , Lucie et ses Facéties, Caly , Ella Emile-Solange de Salve Ragazzi , 32 Octobre , Célestine ,   ! Amélie n’était sûre de rien… Normalement, je n’oublie personne mais si tel était le cas, tirez-moi les oreilles…EDIT du lundi 9/01 : Mahie, ICI,  nous a fait un texte adorable qui mérite le détour ! Avis à la populacìon !

Et ma participation,  ci-dessous, qui est la suite et la fin de mes deux précédents textes ICI et LA.

LA LUNE S’ENFUIT…

Paul ne vit pas le regard brillant que Camille lançait dans son dos, couteau tranchant d’une décision en devenir qui remontait jusqu’à sa nuque… Une nouvelle nuit s’installait. La lune, pâle et ronde montait, lointaine et indifférente comme une femme qui sait qu’elle est belle, ses yeux volontairement vagues légèrement posés au-dessus des hommes qu’elle croise pour leur signifier de passer leur chemin. Oui, la lune se la jouait star ce soir et illuminait l’océan d’une trompeuse mélancolie. Des reflets scintillaient au loin ; Camille, perdue dans les mystères sombres de ses pensées en oubliait la beauté qui l’entourait.
Elle s’égarait dans des méandres d’incertitude où la plongeait l’inconstance de Paul. Une fois de plus, le rêve merveilleux tournait court, éteint sous des trombes d’eau amère comme seule la triste réalité en charriait. Elle avait imaginé cent fois leur mariage minuscule, sans tralalas, sans invités en haut d’une lande de bruyères roses, tremblantes sous le vent encore tiède de septembre. Le parfum de liberté qui devait flotter dans son voile immaculé ce jour-là se teintait à présent du mauve trop sage glissé dans les habits  des veuves… Dans ces lendemains parfaits, ils chevauchaient au galop, laissant sur place les échecs accumulés de leur passé tumultueux. Cependant,  Anne existait, elle revenait toujours en boomerang dans leur histoire, s’immisçait comme le ver dans la célèbre pomme. Mais la pomme était sur sa tête à elle, Camille. Une menace étranglait l’air silencieux, une menace sans roulements de tambour, sans cris de guerre ou de bombes qui éclatent. Plus sournoise, plus insidieuse, elle lui glaçait le sang quand le vent ramenait des bribes de la conversation que Paul, au micro de la radio de bord, tenait avec son ex et peut-être futur beau-père,  comme dans un mauvais rêve, lui laissant les jambes en marmelade. Elle s’agrippa au bastingage quand elle entendit : «  …disparue ?…je reviens…mes affaires bien sûr, un client à Genève… ».
C’était trop beau pour durer : la martingale gagnante, le coup de poker inespéré tenaient dans un mouchoir en papier qu’elle allait jeter sans regrets. Finis les grandes déclarations, les murmures au petit matin qui se voulaient des chants d’oiseaux roucoulant sous leurs peaux, mélange de sueur et de sang qu’ils partageaient à jamais. Elle laisserait tourner les moulins à vent emplis de chimères absurdes, elle n’érigerait pas de mausolée à la gloire miniature d’un amour criblé de dettes, celles du mensonge.
Elle avait détaché le canot de sauvetage, elle prit son élan et atterrit juste à la place du conducteur. En tremblant un peu,  elle mit le moteur en marche et s’éloigna dans la nuit. La lune se cachait derrière les nuages, par mimétisme compatissant avec les battements de son cœur chaviré. Il lui sembla entendre la voix de Paul derrière elle, elle leva un bras de façon significative, ignorant s’il la voyait encore. Tel était le sort réservé aux misérables qui aimaient au-dessus de leurs moyens sans jamais rembourser les crédits bienveillants qu’on leur avait accordés.

56 réflexions au sujet de « LES PLUMES DE L’ANNÉE 13 – LES TEXTES ! »

  1. Pour une séparation…c’est grandiose, elle ne se retourne même pas! et Paul a l’air bien tarte, c’est bien fait pour lui, il ne la mérite pas sa Camille.
    Attention je te tire les oreilles.

  2. les oreille , pour le plaisir…hum…dans le petit brouillard du matin clair…je n’avais pas vu mon charmant profil dans la liste…3 % de réduction sur ton prochain contrat+ la TVA sociale.

  3. Au départ avec l’image du couteau, je me suis dit que cela allait mal finir.:-) en fait, elle part « juste » . Ouf ! Étrange la dernière phrase 😉 l’ amour est un crédit qu ‘ il faut rembourser ?

  4. oups , j’ai cru qu’elle allait se jeter par dessus bord ..
    La voila en fuite , voguant en solo vers d’autres aventures , est ce qu’on la retrouvera un jour ?
    En tout cas , je me suis laissée emporter par ton récit
    bravo Aspho , une nouvelle qui mérite de voir le jour , ailleurs

    bises

    • Par-dessus bord ? Que nenni^^… La vie est trop belle ! Merci de tes compliments, il faudrait que je reprenne mes textes et en fasse (pour certains) des nouvelles, c’est prévu pour 2012, va savoir ! 😉

  5. Mélange de Titanic et de la belle du seigneur.. 🙂 C’est fou comme, parfois, malgré nous, nous sommes influencés par nos lectures.. enfin, pour moi, c’est très souvent le cas (tu comprendras en lisant mon texte, oui, j’ai bien participé !:) Où en es tu de la belle du seigneur ? moi, page 611. J’en aurais bcp à dire sur cette oeuvre. Bon week end à toi, gros bisous ♥

    • Je ne sais pas si Belle du Seigneur m’a influencé ❓ Une fois George m’a dit que j’avais le même style que Zàfon et je n’ai jamais rien lu de lui… Tu as mis le turbo, je n’en suis qu’à la page 275 !!! Mais j’ai lu Oh, Boy (207 pages) et j’ai attaqué un autre pour un partenariat avant le 15 janvier ! Je le lis à petites doses et je prends des notes ! Il faut que tu notes tes impressions au fur et à mesure pour ensuite faire ton billet (si tu en fais un), il est tellement dense ce livre, on oublie après… Contente que tu aies paticipé !^^

  6. Moi j’ai pensé qu’elle allait lui trancher la carotide, puis mettre le feu au bateau avant de partir sur le canot. Tu nous rends sanguinaires Aspho !

    • Tu es plus violente que moi dis donc ! Elle ne va pas se salir les mains en plus ! Il y a Wens dans les parages…éventuellement, je lui demanderais un service tarif réduit ! 😆

  7. C’est très beau comme toujours. J’aime beaucoup le parallèle entre la lune et la femme, la lune inspire toujours, elle brûle autant que le soleil puisqu’on peut avoir un coup de lune, comme un coup au coeur.
    Mais franchement Anne elle devrait virer Paul à grands coups de pieds dans le derrière…il a une vraie double vie l’animal…mais comme tu le dis tout est possible en amour. Tu as raison aussi , difficile pour un homme de courir 2 lièvres à la fois car l’homme a la foulée d’un pachiderme…

  8. Tout d’abord je tiens à exprimer mes remerciements et mon admiration pour tout ce que tu gères ici. Cela doit être un travail énorme ! Alors, point de tirage d’oreilles de la part d’Elcanardo..juste des bisous du bout du bec pour t’encourager dans ton dur labeur !

    J’ai (re)lu ton histoire en version intégrale cette fois. Je mesure là le chemin qu’il me reste à parcourir. C’est excellent. Je regrette tant que l’amour soit si souvent injuste ! A l’instar de Valentyne, j’ai cru qu’il y allait avoir du sang. Mais Camille vaut mieux que cela.

    Merci encore pour ton accueil et pour ces formidables plumes de l’année

    Coincoins et chapeau bas madame de la part du (dé)plumé que je suis !

    • 😳 Tu me fais rougir dis-moi ! C’est vrai que c’est du travail mais les retours sont formidables et m’ont permis des rencontres tout aussi formidables qui ne seraient pas sans ces Plumes, la semaine prochaine retour chez Olivia et son Désir d’histoires, tu peux venir, c’est aussi des mots imposés mais pas par ordre alpha. La collecte est le mardi matin ! Moi je reviens aux vacances de février pour les mots en N ! Merci à toi d’avoir pris le temps de lire toute mon histoire, on progresse quand on joue toutes les semaines et moi je trouve que tu te débrouilles déjà très bien ! 😉 Continue ainsi, tu seras toujours le bienvenu ! Bises 🙂

  9. Quelle écriture ma mie ! ;P
    Des phrases comme celles-ci : « elle n’érigerait pas de mausolée à la gloire miniature d’un amour criblé de dettes, celles du mensonge. »
    ou celle-là : « Tel était le sort réservé aux misérables qui aimaient au-dessus de leurs moyens sans jamais rembourser les crédits bienveillants qu’on leur avait accordés. »
    me laissent pantois.
    Je n’aurais qu »un mot à dire : écris-le ce roman.

    • Merci mon noble Chevalier ! Oui je vais m’y mettre, en commençant par des nouvelles, mais il faut du temps, donc comme je te l’ai déjà dit, le blog risque d’être en bas débit, voire en pause ! Si je trouve du travail en plus, ce sera du très très bas débit ! Pourtant je l’ai écrit dans la douleur hier ce texte… tu le sais ! 🙂 Bises choupinet 😆

  10. Ping : Les plumes de l’année 13 – les mots en M | elcanard@ne

    • J’ai vu que le délire d’Ariane dans sa baignoire t’avait désarçonnée, moi ça m’a carrément énervée et j’avais presque mal au coeur et à la tête ! Là ça va beaucoup plus vite mais j’ai des lectures obligatoires à côté, plus l’écriture, je ne peux pas aller plus vite ou alors je ne dors plus ! 😦 Bises ma tendre amie…et n’oublie pas pour les notes (ou des post-it sur les lignes que tu veux retenir…).

  11. Encore un qui s’est fait rattrapé par ses mensonges, bien fait pour lui, il n’avait qu’à être plus discret. 😉 Ton texte nous emporte toujours aussi vite dans les méandres de tes mots. 😀

    • Oui là je l’ai écrit d’une traite et très vite !! 😉 Merci Cériat, je passerai cet après-midi, j’ai passé ma matinée à courir après les liens, et les mises à jour (et je n’ai pas fini !!!) Mais bon, j’ai encore demain pour la lecture, en revanche, les liens c’est aujourd’hui ou jamais ! 😀

  12. Si j’en crois les commentaires, il s’agit donc de la fin d’une histoire que tu as commencée précédemment.. .Et que je n’ai pas lu… j’avoue je ne prends pas le temps de lire toutes les plumes à chaque lettre. J’y vais un peu au hasard.
    Il va donc faire falloir que je fasse un retour en arrière, car du coup je n’ai pas tout compris.

    La plume par contre est superbe, comme d’habitude. Félicitations.

    • Oui et j’ai mis les liens dans mon texte (ICI=1er et LA=2ème), quand tu auras le temps et l’envie surtout… Tu comprendras mieux avec les premiers épisodes. Merci de tes gentils commentaires, Bises et bonne journée 😀

  13. je tiens à préciser que je ne suis pour rien dans cette histoire de couple qui se termine !
    j’ai cru moi aussi qu’il y aurait un meurtre. non je ne suis pas déçue, se barrer avec le canot c’est top, à condition de ne pas le louper en sautant dans le nuit !

  14. « Le mauve trop sage glissé dans les habits des veuves » : c’ est joli comme j’ aime. Par contre, j’ espère qu’ elle lui a fait un beau bras d’ honneur en partant, la Camille!

    • Tout comme Suzame j’ai fait le tour et je me suis régalé (pour tous les goûts) ! Quelles belles plumes vous avez, et en tant qu’animal plumé, je ne peux que vous envier ! 😉

      Un grand MERCI pour le plaisir que vous m’avez donné !

      Coincoins gourmands et gourmets !

      • Je crois qu’il m’en manque encore deux et j’ai même des liens à corriger mais là j’éteins, je suis au bord de l’over-dose, même si je me suis régalée, je verrai demain, mes noneuils fatiguent… Bises et bons ébats dans ta mare ! 😀

    • Ha ! Parce que jusque là tu ne les lisais pas tous ??? Vilaine fille !^^ J’y passe mon samedi et parfois mon dimanche je dois dire, mais c’est vrai que j’aime ça ! Bonne soirée et gros bisous ! 🙂

      • Et bien c’est à dire… oui je n’y passe ni mon samedi, ni mon dimanche.. parce que c’est fatiguant pour mes yeux de lire sur un ordinateur… et que les participants ont souvent la plume très inventive et écrivent des textes très longs… et du coup quand je vois que c’est long.. Je passe au suivant !
        Ou la vilaine fille que je suis 🙂

        • Donc j’en conclue que tu n’as pas dû lire tous mes textes qui sont …plutôt longs dans l’ensemble ! Mais allez, c’est lundi, j’efface l’ardoise 🙂 et je te pardonne bien volontiers !

  15. Ping : La martingale du chat « Mahie in the sky

  16. Ping : LE BROUILLARD DES RETOURS… |

  17. Ping : IL NEIGE Ô MON ANGE … |

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s