LES PLUMES DE L’ANNEE 12 – LES TEXTES EN L !


Hop là ! Douzième édition des Plumes, le douzième mois entre Noël et Jour de l’An, nous naviguons par tous les temps ! Par ordre d’arrivée des liens des valeureux plumitifs que je remercie particulièrement de leur effort en cette période chargée,  nous avons :

Suzame, Ella, Pierrot Bâton, Soène, Mind The Gap, OliviaInsatiable Charlotte , Cériat, Emile/Solange de Salve Ragazzi , Célestine, Zoë , Jeanne, Claudialucia,  bienvenue à Caly qui participe pour la première fois. Et bien sûr Anne de l’Âne de Bretagne ! Wens, le déchaîné et Jean-CharlesLucie et ses « facéties » a déposé son lien ce matin.

Parmi ceux qui n’ont pas envoyé leur lien mais qui sont susceptibles de participer : Manuel, Amélie, Aymeline. C’est « l’entre-deux Fêtes », pardonnez-moi si j’oublie quelqu’un et je vous autorise à me taper sur les doigts en commentaires… Ci-dessous, mon texte qui est une suite à celui  de la semaine dernière, ICI.

Les mots en L à placer étaient : lumière -liberté -lutter – lamentable – larmoiement – loup -lardons -lune -lanterne – lointain -lupanar – loustic – légèreté – loufoque – luciole – lutin.

LOIN DU PORT…

La tempête fuyait en sifflant dans le lointain, le roulis devint supportable laissant Camille et Paul endormis au petit matin, bras et jambes en travers du lit étroit de la cabine, les doigts enlacés sur leur dernière étreinte.

Camille se réveilla la première, la lumière du jour semblait haute, nul besoin de lanterne pour se déplacer dans le bateau. Une faim de loup lui noua l’estomac, elle se retint d’éternuer mais ne put lutter contre le larmoiement qui lui montait aux yeux. « Mon Dieu, on se croirait dans un lupanar » pensa-t-elle en voyant le kimono froissé en boule dont la soie rouge luisait sur le sol en teck du voilier. Leurs verres avaient roulé jusqu’à la porte, les papiers épars en volant, s’étaient accrochés à leur dernier rempart : un pied de chaise pour la carte marine, elle crut reconnaître leurs certificats de « compatibilité » à terre, entre ses escarpins et les mocassins de Paul, eux aussi de guingois… Une liberté nouvelle glissait dans ses gestes la rendant plus belle que jamais. En une nuit, elle était passée de l’ombre à la lumière et ne savait pas encore s’il fallait s’en réjouir trop vite. Elle n’était pas une habituée des bonheurs éclatants, le soleil de midi brûlait sa peau claire et les flashes aveuglants blessaient ses yeux transparents.

Elle entendit un long bâillement significatif de Paul, aussitôt suivi de :  » Chériiiiiiiiiie, il y a du café ? »
– Hum, si tu appelles café la mixture en poudre que j’ai trouvée, alors c’est prêt ! Dis-moi, tu n’as pas l’intention d’appeler Juliette ? Lui dire au moins qu’elle sera seule à son mariage…
– J’y pense mon ange, j’y pense ! Elle a toujours apprécié mon sens de l’humour, tu crois que ça passera si je ne parle pas de toi ?
– Moi je ne pense qu’à ça depuis mon réveil !
– Voyons…c’est moi qui risque la peine de mort si je croise son père !
– Justement avec ce genre de loustic, tu ne devrais pas jouer au héros ! Où va-t-on au fait ? J’ai vu cap au Nord sur le tableau de bord !
– Disons que nous allons éviter le sud quelques temps et retrouver les brumes bretonnes, les elfes, les lutins…
– Et la pluie acheva-t-elle.
– Oh ! Encore un cliché mouillé !
– Et ton goût du loufoque m’exaspère là tout de suite !
– C’est lamentable que tu penses ça de moi ! Après tout ce…
– Que tu as fait, je sais ! Si c’est pour me le rappeler jusqu’à mon dernier jour, il fallait rester à terre, dans un an tu aurais eu un lardon et qui sait…
– On se calme, je vais l’appeler et nous reparlerons de nous plus tard.
– Fais demi-tour immédiatement !
– Tu es folle ? !
Il plongea son regard dans ses yeux aux reflets de lune, l’embrassa avant de courir vers l’avant. Elle le suivit du regard, inquiète, frissonna légèrement sous le vent qui montait à présent. Elle ne pouvait pas être heureuse, pas ainsi. Le serait-elle un jour complètement ?

 Le crépuscule venait d’enflammer le ciel et personne ne vit une mariée en pleurs sur la plage qui jetait rageusement son bouquet de lys et de roses dans les  flots, petite luciole blanche qui tanguait avant de disparaître dans l’écume ensanglantée. Les bateaux qui croisaient  au loin ne verraient jamais le point blanc minuscule chahuté par la mer. Le visage tourné vers l’immense liberté cachée derrière l’horizon, les bateaux en partance marchaient sur les corps des destins brisés gisant sur la grève….

Et pour ceux qui auront eu le courage d’aller au bout de ce texte, je souhaite un joyeux réveillon de fin d’année et que vos espoirs pour 2012 se concrétisent…

50 réflexions au sujet de « LES PLUMES DE L’ANNEE 12 – LES TEXTES EN L ! »

  1. Oui j’ai eu le courage d’aller jusqu’au bout…et j’ai même sangloté à la vue du bouquet fleurdelysé battu par les flots…
    Oui j’ai participé! Je fais même référence à un lieu bien connu chez les chouans. Comment douter d’un fidèle. Ah que les femmes sont traitresses!

    • Je te fais confiance mon cher Wens ! Mais ta moitié ne m’a laissé que la moitié d’un lien, donc je n’ai pas voulu m’avancer ! Je répare ça très vite et me confonds en excuses aussi plates que les belons ! 🙂 Le bouquet est un clin d’oeil à la korrigane ! 😉

  2. Je hais les petits matins au café en poudre. Pauvre Ophélie jetant son bouquet de lys dans l’onde.
    Bonne fin d’année, et encore plein de mots en 2012.

    • Merci Charlotte de ton indulgence, j’avoue que l’entre-deux fêtes ne m’a pas vraiment aidée… Et itou pour toi, plein de bonheur pour l’année qui vient ! 🙂

  3. Ping : Sous la lanterne rouge | Désir d'histoires – Olivia Billington

  4. çà, c’est de l’amour !:-) ton lyrisme allié à ton humour cynique m’a bien fait sourire : un certificat de compatibilité ?? :)) Passe une douce et merveilleuse soirée de réveillon, bisous

    • J’ai eu chaud sur ce coup ! 😉 En fait je ne connais pas le nom de ces certificats mais je sais que ça relève de la compatibilité sanguine… Ma soirée de réveillon sera plus calme que celle de Noël mais ça me va très bien ! 😀 Que la tienne flamboie ! Bises…

  5. Pouh ton texte est terrifiant et hyper lucide en même temps et comme toujours très très beau…que dire de plus, si ce n’est que j’adore le prénom Camille et que si elle n’est pas une habituée des bonheurs éclatants c’est peut être parce qu’elle culpabilise un peu trop dans sa vie…si on se lachait vraiment les choses seraient peut être plus simples. Tu vas faire une suite??

    • En fait j’ai modifié mon texte au dernier moment avec le « demi-tour chéri » car la fin était beaucoup moins gentille que ça…! Comme quoi la morale judéo-chrétienne finit par nous rattraper ! Oui j’ai plus ou moins une suite en tête, ça va dépendre des mots en M ! Hey you ! Toujours pas moyen de laisser de comm’ sur OB depuis hier (chez ma copine Syl. c’est pareil !!!). Pour te dire quand même que j’ai lu ton réveillon !!! Je vais t’envoyer mes comm’ par mail et tu les mettras (heureusement je les note sur mon carnet, hé hé !) Bises sacripan !

      • Ok désolé pour les com , certains y arrivent j’en ai eu 5 ce matin mais bon, c’est le 31, il doit y avoir un seul pauvre bougre en train de pédaler chez over-blog…

  6. Je ne sais pourquoi la tristesse, quand elle est exprimée avec des mots choisis, comme tu le fais, a une beauté tragique qui emporte le cœur comme ce bouquet sur les vagues…

    • Merci Célestine, venant de toi ça me touche d’autant que j’ai eu l’impression en écrivant de ne jamais avoir le mot juste par rapport à ce que je ressentais… La fatigue « festive » sûrement ! 🙂

  7. Oh, c’est triste quand même… un vrai conte de Noël! Bravo en tout cas.!
    J’admire ta constance à organiser les Plumes, ton énergie..
    Je me sens coupable d’avoir abandonné le combat… mais je reviendrai, lorsque j’aurai retrouvé un peu de temps.
    Passe de très bonnes fêtes de fin d’année! Moi aussi, j’ai passé un Noël très gai et très « chargé » (14 personnes reçues et logées chez moi… ouf!) et là, ce sera bien plus calme… mais reposant!
    Grosses bises,
    Bettina

    • Oui oui, tu peux ! (te sentir coupable 🙂 ) !!! C’est vrai que juste dans la foulée de Noêl (6 personnes midi-soir pendant 5 jours) j’étais claquée mais comme ce soir c’est calme par ici, je me suis dévouée ! 😉 Toi aussi, repose-toi et fête le passage à 2012 comme bon te semble, en tout cas, je te souhaite une année 2012 éclatante de succès ! De bonheur et de santé aussi hein !

  8. oui, ce pôv’ bouquet de lys…m’étonne pas que tu l’aies jetée, chouanne mécréante ! mais bon, si la morale judéo-chrétienne te ratrappe…!!! 😉 En tout cas, joli texte, mais où vont-ils ces deux passionnés ?!!.. parait qu’à Lys-en-Lendée, il y a des coins sympas…(whaaaarffff !!!)

    • Alors déjà : le bouquet je ne devais pas le décrire, je l’ai fait pour tes satanés lys qui p.. et entêtent mais passons ! et je ne reviendrai pas sur ce lupanar inconnu que Wens, le méridional se permet de situer en Lendée !!! 😉 Mais je te fais d’énormes bisous quand même 🙂

  9. Bravo Asphodèle pour ton texte toujours très très bien écrit! A mon avis le moment de pur bonheur est passé pour elle quand elle entend cette phrase « Chérie,il y a du café? ». Bientôt il lui demandera de lui repasser sa chemise!
    Moi aussi je te souhaite un bon réveillon tranquille après la fête de Noël familiale et animée qui a été la tienne! Pour nous aussi ce sera calme! Meilleurs voeux pour l’année 2012.

    • Merci Claudia 🙂 J’ai à peu près la même notion que toi du pur bonheur ! S’il n’y avait que la chemise…
      Je te souhaite également un excellent réveillon en amoureux, au calme et bien sûr une année 2012 riches de mots et de livres ! 🙂

  10. « Courage d’aller au bout de ce texte » ne fût pas nécessaire. Tel le bateau sur ses flots, la lecture se fait au rythme de tes mots et on se laisse bercer par le doux espoir d’une suite !!!

    Coincoins soutenus !

    • Bonjour et bienvenue Canard d’eau !!! merci du compliment, je vais voir la semaine prochaine si les mots en M m’inspirent (pour la suite) ou si je me lance dans autre chose… A bientôt et merci pour les coincoins ! 😉

  11. j’arrive un peu tard mais pas trop , je me suis trouvée embarquée avec le couple marin
    Quelle tristesse tout de même
    ton récit est parfait , ton écriture toujours aussi soignée , un régal à lire , plus délicieux que le café en poudre

    Bonne soirée à toi

  12. Mes neurones sont noyés ( non pas dans le champagne ou dans les pleurs) mais dans un rangement d’idées ( pfouuu!). Donc pas d’écriture pour moi en ce moment! Je suis bigrement impressionnée !

    • Tu n’as pas à être impressionnée, tu fais dix fois mieux ! Je suis certaine que l’écriture va te manquer et quand tu auras fait le point tu nous reviendras, sous une forme que tu auras choisie ! Bonne Année Clara, on reste en contact ! 🙂

  13. boooonnnnnnne annnnéééééée , fleurchouanne de mes pensées ! 😉 plein de belles choses, une bonne santé et desz rencontres avec des blogueuses ?…………………..bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz

    • Merciiiiiiiiiiiii Korrigane de mon coeur ! Je te souhaite le meilleur, je nous souhaite encore beaucoup de joutes verbales animées et pourquoi pas un petit tour sur mes terres, hum ? Tu verras qu’on est bien loin de la « fleur de lys » 🙂 Bisoux

  14. Ping : LES PLUMES DE L’ANNÉE 13 – LES TEXTES ! |

  15. Ping : LE BROUILLARD DES RETOURS… |

  16. Ping : IL NEIGE Ô MON ANGE … |

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s