LA CITATION DU JEUDI avec Gérard GAROUSTE


J’ai lu mardi après-midi, L’Intranquille, une autobiographie de Gérard Garouste et de  Judith Perrignon.

Je n’ai pas pu vous en parler, en attendant je vous offre une citation. Mais ce n’est qu’une des facettes de ce livre multiple… (et bouleversant) qui se définit lui-même comme un « autoportrait d’un fils, d’un peintre, d’un fou ».

 » L’avant-garde au musée n’est plus une avant-garde ! La provocation n’est plus une provocation si elle est à la mode ! La France entretient pourtant cette idée comme une vieille mariée, parce qu’elle se flatte et se repent en même temps d’avoir abrité et méprisé les impressionnistes (…). Tout ça se termine en un circuit où les coteries et la spéculation vont bon train, où l’empire du luxe, avec la connivence de l’État, achète et revend des millions d’euros des oeuvres qui ne dérangent personne. »

Sur une idée de Chiffonnette, ICI

Publicités

20 réflexions au sujet de « LA CITATION DU JEUDI avec Gérard GAROUSTE »

  1. J’avais beaucoup aimé ce livre, très intéressant, qui permet de poser plein de questions différentes… comme tu le dis mieux que moi « multiple et bouleversant », c’est tout à fait ça ! Bonne journée.

  2. J’aime énormément le tableau qui illustre la citation! Je reviens de la biennale d’art contemporain à Lyon : on y découvre encore des œuvres… euh… différentes, dira-t-on. J’aimerais qu’on arrête la surenchère de la provocation, dans la peinture comme dans la littérature d’ailleurs.

    • Ce tableau il l’explique dans son livre (j’en parlerai quand je ferai mon billet) et il s’est toujours tenu à l’écart des modes et des provocations justement ! La citation est explicite. En littérature c’est encore différent et la provoc pour la provoc, ça ne va jamais bien loin !

  3. En traînant dans les rayons chez V. où les piles de livres sont étalées sur des tables immenses, mon regard s’était arrêté sur ce titre…
    J’attendrai donc ton billet et l’évocation de ce tableau… La provocation, même à la mode, me dérange toujours, comme l’art contemporain qui ne m’inspire pas du tout…
    Il faudra que tu m’expliques 🙂
    Bises

    • C’est exactement ce que dit cette phrase ! Et je n’aime pas non plus la provoc en tant que telle ou pour être à la mode ! Mais moi qui ne suis pas fan de l’art contemporain (c’est le moins que l’on puisse dire, j’ai adoré ce livre et cet auteur), billet lundi si tout va bien ! 😀 Bises

  4. Si la provocation en art (et en littérature) ne correspond pas à quelque chose de profond c’est inutile et imbécile! Hélas! cela arrive trop souvent dans notre société. Mais l’art contemporain (je n’aime pas tout mais beaucoup d’artistes) n’est pas que provocation gratuite heureusement!

    • Tu as résumé le fond de ma pensée ! 🙂 et justement dans ce livre Garouste s’oppose farouchement à cette provocation au détriment de l’art tout simplement, après, que l’on aime ou pas, c’est encore autre chose ! (perso, je reconnais qu’il a du talent mais un tableau de lui chez moi et c’est la dépression assurée!).

  5. Une jolie plume Judith Perrignon, j’avais lu « C’était mon fère, Vincent et Théo Van Gogh », un très beau livre qui se trouve dans les collections de poche. Je le conseille vivement!

    • Une plume juste et sensible ! C’est incroyable d’avoir retranscrit au plus près ce qu’il a ressenti (bon il lui en a parlé mais quand même) ! Je note les titres que vous me donnez ! Pour une fois que l’Hyper U m’a contentée…

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s