UN JOUR JE SERAI ROI de Jean-Michel Riou


Flammarion © novembre 2011, 611 pages.

Moi  ? Lire un roman historique ? Il y a des hasards qui font que… ce pavé s’est retrouvé entre mes mains et je l’ai dévoré en peu de temps. C’est quand même un « page-turner’, bien écrit et qui nous emmène à l’époque de Louis XIV, à Versailles, mais aussi dans le Paris populeux, grouillant, celui des mondes parallèles à la Cour qui ont permis à Versailles d’être…

Il est né la joue balafrée, la chair à vif à cause de forceps de fortune dans une cave putride et froide du « ventre » de Paris. Ventre au sens d’entrailles dégoûtantes. Le même jour, dans la soie, l’or et l’encens entêtant, Anne d’Autriche, après vingt-trois ans d’attente donnait un roi à la France : le 5 septembre 1638, la naissance de l’enfant-Dieu, Louis-Dieudonné, quatorzième du nom était saluée par vingt-et-un coups de canons… Toussaint Delaforge sera arraché à sa mère mourante et adopté par un jésuite Joseph de Marolles, confesseur attaché à la noble maison des Voigny de La Place où l’enfant sera éduqué en cachette, à l’abri des regards des enfants du maître de céans jusqu’à ses sept ans. Placé dans le pensionnat jésuite de Montcler, sous la  surveillance du rigide Père Calmès, le Préfet de discipline du collège, Toussaint va apprendre que la vertu n’existe pas quand il faut passer par le vice pour survivre. » Toussaint Delaforge a sept ans. N’est-ce pas l’âge de raison ? Le fouet seul lui sert de méthode pour apprendre, grandir. Pour ce garçon, sans autre tuteur qu’un manche de bois orné de six lanières, qu’une poigne intraitable, que ce dos endolori, la vérité sera désormais ce à quoi il croit. » (p.102). De brimades en maltraitances par les petits « caïds » du pensionnat, il finira par défenestrer Ravort, son pire ennemi sans que personne (ou presque) n’ose l’accuser directement. Il voulait devenir bâtisseur mais pour le plaisir de détruire avant et il va s’employer à détruire ce qu’il touche et ceux qui lui ont fait du mal, qui l’ont mené à ce qu’il est devenu.

A partir de là, nous avons, en alternance (pas forcément à la suite) un chapitre consacré à la vie de Louis XIV, sa passion pour Versailles et surtout la naissance de Versailles dans l’esprit de ce roi avide de beauté et de grandeur. Toussaint continue sa descente aux enfers, il s’enfuit de Montcler, et va vivre dans la rue et de la rue en devenant un lutteur des Arènes de Cluny, tuant quand il le faut et amassant de l’argent sur les paris qui sont faits sur sa tête. Les leçons des jésuites, la cruauté dont il a été victime lui ont forgé un moral d’acier et il garde toujours dans la main l’acier d’un couteau (volé à Nicolas Pontgallet),  prêt à assouvir sa soif de justice…toute personnelle.

Le Père Calmès qui ne l’a jamais perdu de vue, va essayer de le faire rentrer dans le droit chemin, racheter son âme à défaut de le remettre aux mains de la Justice en lui rappelant qu’à 8 ans il voulait devenir bâtisseur après avoir rencontré Nicolas Pontgallet (un des maçons du Roi). Ce dernier accepte de former Toussaint qui a subi des revers (je vous laisse la surprise), et petit à petit, la rouerie de Toussaint va l’amener à côtoyer Le Vau, l’architecte mégalo de Versailles, à se faire une place dans ce monde de faste où l’argent facile peut couler à flots, monde légèrement corrompu soit dit en passant…

Mais Toussaint n’a jamais oublié Aurore, la  fille du marquis de La Place, sa seule « amie » en ce monde, comme il n’oublie pas que le jésuite Joseph de Marolles, drapé dans son sacerdoce hypocrite lui a menti sur sa naissance : il serait né sur un quai du Pont Neuf et sa mère n’a eu le temps que de murmurer son prénom : Toussaint…  Mais la haine, la colère et la révolte de Toussaint vont aller grandissant à l’encontre de Joseph de Marolles et des habitants de la maison du marquis de La Place. Une haine qu’il applique aussi à ceux qu’il rencontrent comme si le bonheur lui était à jamais interdit. Sauf quand il à affaire à certaines femmes à la cuisse légère et à ceux qui peuvent servir ses intérêts ou l’aider dans la quête incessante de ses origines…

Le parallèle entre ces deux enfants du siècle aux destins si dissonants devient une fresque gigantesque sur l’Histoire de Versailles et de ceux qui l’ont sortie du marais où le petit pavillon de chasse de Louis XIII était destiné à croupir, avec force détails sur les personnages historiques, les lieux, les rues, j’ai ainsi appris que la rue Mouffetard s’appelait déjà La Mouffe, et bien d’autres choses sur un Paris qui semble sorti tout droit de la Cour des Miracles. Si seules les grandes lignes sont tracées dans les chapitres concernant le destin de Louis XIV, nous suivons par le menu celui de Toussaint qui va devenir (ou pas) Le Roi Noir de Versailles, mais c’est dans un autre tome, la saga n’est pas finie… Une lecture qui nous tient en haleine du début à la fin, pour les amoureux du genre, ce roman est saisissant de vérité dans la trame historique et très juste dans la psychologie de Toussaint le bâtard, qui n’a pas eu la chance de naître dans la dentelle….

Merci aux Editions Flammarion de m’avoir fait connaître cet auteur talentueux.

SUR L’auteur : (Source Wikipedia, ICI )

Jean Michel Riou est diplômé de Sciences-Po Paris. Il puise dans les milieux sociaux les plus variés l’inspiration de ses thrillers. Le Boîtier rouge explorait le monde du jeu, Le Mille-Pattes celui du football, Les voleurs d’ouragan, le show médiatique et le business de la météo. Avec Rendez-vous chez Scylla, c’est l’édition parisienne qui devient matière à roman. C’est aussi l’auteur de romans historiques, dont Le Secret de Champollion et L’Insoumise du Roi-soleil, devenus des succès en France et traduits dans de nombreux pays.

Il a aussi un blog ici et une page Facebook, par là.

Publicités

32 réflexions au sujet de « UN JOUR JE SERAI ROI de Jean-Michel Riou »

  1. Ah justement, l’auteur était reçu dans mon émission fétiche sur Europe 1 « Au cœur de l’histoire. » Je l’ai noté, je n’irais pas jusqu’à l’acheter, mais quand il sera en bibliothèque, je pense que je passerais un bon moment. Et puis j’adore Versailles.

    • Ca devrait te plaire, toute l’histoire de Versailles y est avec les noms de ceux qui ont participé à sa construction, aux jardins, etc. Et puis l’histoire en fil rouge est passionnante ! Ca faisait longtemps que je n’en avais pas lu, je dois dire que j’ai été servie avec ces 600 pages qui se tournent toutes seules ! Je te l’aurais bien envoyé mais il est très lourd ! 😉

      • Encore un point commun ! Je ne l’écoute pas tous les jours, je la « podcaste », et l’écoute quand je dois prendre le bus pour mes rendez vous médicaux. Ça me déstresse !

        • Si c’est lui !
          Sinon pour podcaster, il te suffit d’avoir le logiciel Itunes sur ton ordinateur. Tu vas dans l’Itunes Store, tu cliques sur l’onglet Podcasts, sous thème culture et société, et il ne te reste plus qu’à t’abonner en cliquant sur au coeur de l’histoire. C’est gratuit, et réécoutable à l’envi !
          Personnellement je ne m’en lasse pas.

    • Vas-y car en plus les faits historiques sont vérifiés au cordeau, tout y est exact et précis. L’histoire de Toussaint vaut le détour dans la grande Histoire… Je n’écoute pas la radio mais je vais surveiller, je capte Europe normalement !

    • S’il n’était pas si lourd je le ferais voyager, mais je vais le faire lire à maman d’abord et si vous ne l’avez pas, j’aviserais ! En plus la suite ne doit pas être sortie, je bave déjà… Celui-ci est paru le 2 novembre !

  2. Ah tu m’ennuies à me mettre l’eau à la bouche chaque fois que tu lis un bouquin !!! 😀 C’est emmerdant d’aimer tes beaux billets qui chaque fois m’obligent à interroger mon bibliothécaire 😀 😀 Quoi ? mais non j’suis pas de mauvaise humeur, j’veux lire c’est tout.

    • Bah je suis navrée et…:oops: en même temps ! Je ne sais pas si les bibliothèques vont l’avoir de sitôt, il est sorti le 2 novembre ! Mais il y en a un qui part demain chez toi !^^ Tu auras de la lecture, je ne vais pas te laisser dans un état pareil voyons !

      • Celui-ci n’est pas en bibliothèque encore mais il y en a d’autres de cet auteur. Je ne m’inquiète pas, et j’ai quelques livres sous le coude, tiens que des livres japonais va savoir pourquoi ! Et je vais lire avec plaisir ce que tu m’envoies certain que tu as un gout sûr.

  3. Les romans historiques, en général, pas mon trip, même si j’en ai lu l’un ou l’autre (et apprécié – faut dire qu’il y avait une intrigue surnaturelle avec le Mont St Michel) mais je suis tentée. ^^

  4. Un petit roman historique de temps en temps, je ne dis pas non! Et celui-là a l’air vraiment travaillé. Et puis la camaraderie « anciens de sc-po » agit toujours un peu… 😉 Enfin, Noël approche. Ça fait beaucoup de bonnes raisons pour un seul livre, non?

  5. Mais tu es bien enthousiaste, là ! Attention aux emballements cardiaques !!!
    J’ai eu ma période romans historiques, mais il y a longtemps. Ce roman pourrait bien m’y faire replonger. Le problème avec les romans historiques c’est les dialogues. Très difficile de faire parler « vrai », « d’époque »; quasiment impossible sinon, on ne comprendrait pas grand chose, et ça me déconcerte toujours un peu dans ce genre de littérature.

    • C’est pas le coeur qui s’emballe là… Bien écoute le livre doit être bien fait car les dialogues ne m’ont pas choquée une seconde ! En même temps relire en vieux « françois » me fatiguerait un peu ! Mais il y a de bonnes références au vieux Paris !

  6. C’est bizarre, je peux pas te re répondre à ta réponse, enfin bref, Itunes est un logiciel gratuit je pense, donc à moins que tu ne veuilles pas télécharger un logiciel, de plus, tu peux très bien profiter des podcasts. Sinon, je crois qu’il y a moyen d’aller sur le site de la radio et de réécouter ça en ligne, mais là, je suis moins au courant ^^’

    • Merci Eiluned de tous ces renseignements pratiques, je peux télécharger, mais il faut quand même que je regarde la mémoire qui me reste, sinon j’irai voir sur le site, il doit bien y avoir une solution…

  7. Coucou les podcasteuses..et les autres !! 😉 J’adore tout ce qui s’écrit en relation avec Versailles, j’ai plongé tête première dans ton très beau billet ! Mais comme Syl, ma PAL s’écroule, au secours ! Je le note quand même et crois en la a clairvoyance de ma BM qui commandera sûrement ce livre…! biz, dame Asphodèle (jen est contente que tu aimes ses billets…et moi que tu les comprennes !!! 😉

  8. Ping : Bilan de novembre… bouh ! Requêtes du blog, tirage au sort (tout ça, oui !!!) |

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s