EPISTOLAIRE TOI MÊME !


Les consignes de Gwen, pour ce dimanche de l’atelier de Skriban  et ma participation ci-dessous. »Allez, ce week-end, on va faire quelque chose de connu, quelque chose de simple, avec juste une légère variation pour changer un peu.

Il s’agit d’écrire une lettre (ou un mail) qui commencera par ces mots :
Il est minuit. Cette journée m’a épuisé(e).
Et se terminera ainsi :

Je vous embrasse de la façon indécente qui, je m’en souviens, vous plait*. 

*Première et dernière phrases empruntées au roman épistolaire de Jacqueline Harpman « Le passage des éphémères ».

Vous pouvez vous mettre dans la peau de qui vous voulez et écrire à qui vous le souhaitez. »

Clic sur la photo pour se rendre sur le site !

AU CHRYSANTHÈME DE LA TOMBE D’À CÔTÉ

Il est minuit. Cette journée m’a épuisée. Mais ne m’a pas rendue heureuse pour autant, loin s’en faut mon cher chrysanthème ! Vos mots toujours sarcastiques jetés dans les allées du cimetière, s’ils m’ont ruinés le rimmel,   laissent dans l’ombre qui vous est chère tous ceux que vous brûliez de me dire sans toutefois oser ! Votre effeuillage m’a plongée dans une navrante consternation…et une frustration plus grande encore. Le froid, en faisant claquer vos tiges et vos …dents ne vous a pas aidé certes ! Mais moi, que devrais-je dire, pauvre asphodèle insignifiante, noyée parmi tous ces chrysanthèmes ? Voilà ce qui s’est passé hier , je vous rappelle notre délicieuse conversation afin que vous preniez la mesure de tout ce qui nous attend de merveilleux. Votre mémoire fout le camp, je sais…

– Hep, Chryso, vous ne vous sentez  pas à l’étroit avec tous ces pots et ces plaques à côté ?
– Et toi la fleur hyémale, tu ne te sens pas un peu seule et déplacée un jour de Toussaint ?
– La Toussaint, c’est le jour de réhabilitation de la bonne conscience, d’abord…Pas de ma faute, je suis sur la tombe d’une nana qui n’avait plus d’amis, ça vous dit quelque chose Edith ?
– Ah ! Tu veux parler de la sal*pe qui a envoyé ad patres, celui que je fleuris aujourd’hui ? Si je la connais tu penses, elle a d’abord noyé Claudia et Lucia les meilleures copines du macchabée là-dessous, puis a envoyé son pote Jean-Charles se faire bécqueter par des crabes : un parigot tu parles! Il a pas fait l’poids avec le jusant ! Puis elle a essayé d’attirer la douce Célestine dans ses rêts de mandragore mais plus maligne l’autre, elle est pas r’venue ! Y’a Soène et Antiblues aussi qu’avaient une arme sur eux, ça les a sauvés ! On sait toujours pas qui a tiré la balle perdue qu’elle s’est prise dans la coiffe !
– Si vous saviez comment j’ai atterri là ! C’est une certaine Syl., sa marraine soi-disant qui vient tous les jours depuis le drame, me poser sur ce marbre pour faire un brin de causette dit-elle mais depuis qu’elle a la goule fermée la bigoudène ébouriffée, et qu’elle me répond plus, je me caille moi dans cet endroit venteux et pour tout vous dire, j’ai peur la nuit ! Puis franchement, une asphodèle pour cette traînée, c’est déjà trop ! Y paraît qu’elle faisait tout faire à ses filles dans la maison, une vraie marâtre…
– Tss tss jolie fleur, tu veux venir avec nous c’est ça ? On se serre les feuilles ici et c’est excitant, ça sent encore la poudre, ça remonte du holster du Wens, on l’a enterré avec ; hé tu sais pas ? Les mafieux qui viennent tous les jours cracher sur sa tombe, y z’en reviennent toujours pas comment un gars comme lui s’est laissé piéger… L’était trop tendre, c’étaient les femmes son point faible qu’y disent, tu vois où ça l’a mené, alors arrête de m’faire tes yeux de chouanne et d’prendre des mines , tu m’auras pas moi ! Ici la loi c’est « parle plus bas » ! Don Corleone a passé les consignes et fouille exigée avant d’faire la déco en ce lieu  culte.
– Ho, hum..une fouille au corps ??? Ah ! Si vous saviez à quoi j’ai résisté, vous me regarderiez d’un autre oeil, je vous effeuille quand vous voulez et sans que vous ne vous en aperceviez, en plus !

Voilà mon cher chrysanthème, aussitôt après, la nuit et la grêle se sont abattues sur le cimetière. Moi, malgré ma frilosité, je suis habituée, je me suis penchée délicatement pour résister, j’ai maudit ce temps qui vous ravageait l’un après l’autre. Le lendemain de cette catastrophe, Syl. est revenue, accompagnée cette fois, de Somaja l’aqua-pom-pom girl  ; Antiblues avec son panama chicos et Soène, avec un chat dressé à l’Ecole du Cirque fermaient la marche. Ils m’ont réanimée, mise dans un joli vase d’eau tiède en me chantant « Capri c’est fini » (enfin Soène qui chantait hein), et ils  ont déversé un sac poubelle et la litière sale du chat pour la remercier une dernière fois d’avoir disparu. Je crois bien qu’ils ont ramassé les chrysanthèmes de Wens aussi, alors vous devez être quelque part sur le balcon. Si cette missive vole jusqu’à vous, j’aimerais que vous veniez m’éblouir de votre dégradé de jaunes.  Et nous pourrions continuer à faire connaissance, non ? Je vous embrasse de la façon indécente qui, je m’en souviens vous plaît.

L’Asphodèle de la tombe où personne ne vient jamais

Publicités

32 réflexions au sujet de « EPISTOLAIRE TOI MÊME ! »

  1. Mais tu t’agites trop l’imagination, Aspho !
    MDR ! une vraie marrade 🙂
    Bon, ayé, te voilà vengée, je te sens mieux !
    « Oeil pour oeil, dent pour dent » :mrgreen:

  2. ah, je capitule !!! tu t’en sors de fort belle manière, coquine !!! Mais gare aux morts-vivants…et aux Niakniak…pourraient venir te lécher tes pieds froids ! Ou les croquer pour les déguster avec les yeux de Jean-Charles. J’ai failli faire ce petit atelier en plus !!! (j’aimais les deux phrases !) Et donc, on s’embrasse de façon indécente chez les tueurs à gages et leur complicEs? toujours attirée par les voyous, lady Asphodèle ! (je te rappelle qu’il est bigame)
    Et laisse donc Somaja, où le chat de Syl te bouffe toute crue !
    biz

    • hé hé mais ce n’est pas moi qui suis refroidie ! J’ai la tige au chaud dans un vase 🙂 Comment tu sais que j’aime les bad boys , Ouais en même temps un tueur c’est un peu trop pour moi ! Bigame ? c’est pas grave ! 😆 Syl me protège et Somaja me comprend, pas de souci peste ! 😀 bisous

  3. finalement, j’ai écrit l’épistolaire, je m’en vais de ce pas prévenir Skriban. ( t’as pas remarqué que lorsque je dis quelque chose, c’est l’inverse que je fais !:-) Bisous ♥

  4. Tu sais ce que j’ai lu cet aprem ? Un tome de l’apprenti Epouvanteur. Les macchabées, ça me connaît maintenant !!! et les formules pour les laisser dans la terre aussi ! Puis les plantes et les fleurs que l’on décapite pour faire des potions, des tisanes, pour endormir les sorcières lamias… Il me semble bien que dans les décoctions, on met des fleurs hiémales et du pistil d’asphodèle. Et près de vos épitaphes, y-a-t-il de la mandragore ???
    J’adore ta lettre et je t’embrasse avec affection.

    • Ouf, j’ai eu peur, je lisais ton comm’ bouche ouverte ! Tu as des lectures franchement…pas possibles ! Mais intéressantes pour les recettes et autres décoctions 😉 Merci à toi je t’embrasse ma bonne fée 🙂

    • Tu as loupé pas mal, ça a commencé dans les commentaires de lundi, puis dans les textes de samedi et là j’ai donné l’estocade ! On a mangé de l’asphodèle à toutes les sauces, ç’en est devenu indigeste, il fallait que j’agisse ! Contente de te voir revenue 🙂

  5. Le chrysanthème n’est pas mort ! Quelques remarques s’imposent à la lectures des commentaires
    1.L’ebourrifée est encore à côté de la plaque , elle a rien pigé à l’évolution de notre société… c’est vrai que dans son trou les nouvelles arrivent à dos de chameau La bigamie maintenant c’est toléré, c’est de l’amour pluriel ! ne pas confondre avec de la polygamie tribale qui se fonde sur des croyances ancestrales.
    2.Le cimetière c’est un chouette lieu de réunion on était nombreux à respirer l’asphodèle.
    3. Si on faisait une soirée morts-vivants
    4. Ceusses qui partent quelques jours semblent totalement paumées

    • Ce n’est pas le chrysanthème qui est mort dans mon histoire, hé hé ! J’ai rarement vu d’asphodèles dans les cimetières, faut dire que ce ne sont pas mes lieux de prédilection… Enfin si t’es là peut-être que j’irais à ta soirée, si t’es là avec le holster chargé ! 😉 Ceusses comme tu dis qui n’étaient pas là vont effectivement avoir du mal à suivre mais, ils s’en remettront ! 😀

    • Euh…les cimetières pas vraiment ma tasse de thé mais ce texte était une vengeance personnelle suite à d’autres textes de vendredi ! Pfff, quelle monde, c’est Dallas ! 🙂

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s