MANGE, PRIE, AIME ou pourquoi ça n’a pas marché en France…


Boudiou !! Je me suis attelée à visionner l’internationalement connu « Mange, prie, aime », tiré du livre éponyme d’Elizabeth Gilbert qui s’est vendu à des millions d’exemplaires Outre-atlantique et qui, au grand désespoir et étonnement des maisons d’édition françaises ( Lévy et Musso se vendent si bien !) n’a jamais décollé dans l’hexagone. Alors ils nous ont envoyé le film pour nous mettre en bouche avec la toujours sublime Julia Roberts et le craquant Javier Bardem qui se sont carrément fourvoyés dans ce film de 2 h 20 !! Vous avez bien lu, tout ça pour ça. Je ne connais pas le livre, donc je serais bien incapable de vous dire s’il est « à la hauteur » du film ou vice-versa ! Et je ne veux surtout ne plus le savoir pour tout vous dire, vu que j’ai piqué du nez deux fois, qu’il m’a fallu rembobiner, pff ! Une harlequinade soporifique,  à déconseiller si au départ vous avez une baisse de tension, celle d’attention s’ensuivra rapidement. Heureusement c’était une copie gravée par ma cousine, je n’ai donc rien investi ! Mais la sensation désagréable d’avoir perdu 2h 20 me reste en travers de la gorge. Un film blockbuster (excusez si l’orthographe n’est pas juste) qui sort juste six mois après en DVD, ça doit mettre la puce à l’oreille. La puce ne m’a pas assez piquée…

DE QUOI CA PARLE et COMMENT CA PARLE ?

Premier plan : Liz (Lizzie à l’occasion) est à Bali et rencontre un vieil homme édenté qui lui remet une sorte de « protection » (un doudou en papier représentant des totems magiques), lui affirmant qu’elle connaîtra deux mariages, l’un bon, l’autre pas et qu’elle reviendra le voir un jour… Bon !! Elle lui a bien demandé si elle était dans son « bon mariage », il s’est contenté de sourire de ses trois dents restantes, laissant planer un suspense insoutenable…

Alors là je vais faire court car les longueurs, les atermoiements qui frisent le ridicule (ils sont ridicules) m’ont légèrement hérissés le poil : de retour dans sa vie de journaliste et auteure à succès, elle décide qu’elle n’y est plus à sa place et surtout, surtout, elle n’éprouve plus de plaisir à RIEN (pôvre petite fille riche !!). Elle largue donc son mari vénal contre forte indemnisation pour vie conjugale ratée, fricote un court moment avec un bellâtre de 28 ans (dix ans de moins qu’elle on suppose) avant de tout plaquer et de prendre une année sabbatique. Mais pas folle la guêpe ! Elle conclut un pacte avec son éditeur (contre avance sonnante et trébuchante), elle lui promet de faire un livre de cette « quête initiatique » à son retour. Elle l’a fait !! Dans ce début, déjà, petites phrases révélatrices du ton de l’ensemble : elle discute avec son amie qui vient d’accoucher et lui confie son regret de n’être pas encore primipare, laquelle rétorque : « Tu sais, un enfant c’est comme un tatouage sur le visage, tu le gardes à vie. Réfléchis bien »  ! Haan, celles et ceux qui en ont cinq apprécieront… ou encore quand sa décision de divorcer est prise : « La seule chose la plus impossible que rester était celle de partir ». Percutant non ? Ou encore quand elle décide de se mettre à prier, toutes vannes lacrymales ouvertes : « Bonsoir Dieu. Heureuse de te rencontrer enfin. (sniff et sniff de culpablité bien placés)…Dis-moi quoi faire et je le ferai ».  On y croit, comme à l’accouplement d’une girafe et d’une tortue ! Et puis ce « nice to meet you » très Connecticut, ça vous situe la Lizzie, à qui le concept de la prière a toujours été totalement étranger ! ! Il y en a plein le film mais j’en ai lâché mon stylo !

Quatre mois en Italie à manger des pizzas pour se remplumer, il y a pire vous en conviendrez, puis quatre mois en Inde pour équilibrer ses chakras malmenés (beau-liwoudien à mourir) et bien sûr le reste à Bali (elle y retourne, fallait pas faire mentir le gourou) et puis Bali c’est mieux que Jakarta si vous choisissez l’Indonésie hein ? ET ENFIN, après avoir mangé, prié, elle AIME !! Le beau Javier apparaît sur l’écran, il était temps !! Happy end bien sûr. La morale est sauve et le respect des standards de la bienséance « prout-prout » américaine respectés !! Et on peut enfin s’endormir, pas besoin de Valium, vous en avez déjà une bonne dose dans le sang !! Ca vous a plu ??  Tant mieux, moi je n’ai pas aimé du tout du tout… Cela dit, je vous ai mis (charitable que je suis) la bande annonce, dans laquelle tout est dit, le principal, et au moins, une partie des clichés vous sont épargnés.

49 réflexions au sujet de « MANGE, PRIE, AIME ou pourquoi ça n’a pas marché en France… »

  1. Bonjour chère amie,

    Ce roman, fort populaire des deux côtés de l’Atlantique, ne me tentait pas avant de te lire … et bien tu as confirmé mes appréhensions.

    Merci !
    Au plaisir de te lire.
    Amitiés

  2. c’est marrant , me concernant le film a bien passé…il faut dire que je sortis le voir au ciné, peu de temps après mon aménagement en ville, et peu de temps avant mon départ en vacances en Irlande…sur un petit nuage donc, et difficile de m’en faire descendre à cette époque, tu peux me croire…
    je me suis acheté le roman en VO…courageuse mais pas téméraire, je ne l’ai pas encore ouvert..
    tu n’es pas la première à dire que tu n’as pas aimé…moi, une des choses qui me plaisait beaucoup, ce sont tous ces voyages, les images d’ailleurs…et j’adore la cuisine italienne…quand je serais pris d’un énorme courage je te dirais ce que j’ai pensé du roman…un jour peut être… ou dans une autre vie 😉

    • Il n’y a bien que les images qui m’aient plues dans ce film !! Mais je connais un peu l’Indonésie et c’est sûr qu’elle n’a pas choisi les coins « pourris » et il y en a… Vu le « fond » de toute façon et certaines répliques, enfin tout quoi, je ne lirais pas le livre !! Mais si tu as le courage de le déterrer, j’aimerais bien avoir ton avis !!^^

  3. J’ai lu le livre en anglais, vivant en Angleterre, c’était impossible de ne pas le lire, tout le monde en parlant. J’ai passé un excellent moment à le lire, surtout la première partie (Eat). Le film m’a beaucoup déçue, il manque plein de choses du livre. Il est super ennuyeux, lent et gnan gnan.

    J’ai tellement aimé le livre que je suis en train de lire la suite, un essai sur le mariage, qui s’appelle ‘Committed’. Ce livre parle du mariage et ce en quoi ça consiste vraiment, dans différentes civilisations/pays. Cela parle aussi des choses auxquelles on ne pense pas forcément quand on se marie trop jeune…

    Les livres se vendant bien en Angleterre en ce moment sont ‘Room’ et ‘The Slap’ et ‘So much for that’, de Lionel Shriver (qui a écrit ‘We need to talk about Kevin’), qui m’attendent dans ma bibliothèque.

    Pour info, j’ai vu hier qu’ils allaient sortir le film ‘We need to talk about Kevin’.

    • Thanks for the news from London Sophie !! Et « in live » please !! C’est vraiment pour faire plaisir à ma cousine (que j’aime hein ne te vexe pas cousine !) que j’ai regardé ce film ! Le livre, dont on a parlé au moment de la sortie du film en France ne m’attirait pas vraiment… Cela dit je comprends ceux qui apprécient !! Je trouve cependant que ces sujets ont été dix mille fois mieux traités par des écrivains dignes de ce nom !!^^Mais comme pour Musso et Lévy en France, si ça peut amener des gens à la lecture, why not ?? Mais j’appréhende maintenant « les livres qui se vendent (trop) bien »… 😉

      • De rien pour les news de London. Par rapport à ce que tu dis de Musso, Levy…Musso, je n’ai pas encore essayé, c’est tellement énorme en France que j’ai peur d’être déçue.

        Mais pour prendre un autre exemple ‘We need to talk about Kevin’ de Lionel Shriver a fait un carton en Angleterre et j’ai adoré 90% de ses autres livres. Si vous aimez les livres qui n’ont pas peur de dire les vraies choses de la vie en nous épargnant le gnan gnan, c’est pour vous. Beaucoup parlent des relations de couple (‘Double faute’, ‘La Double vie d’Irina’= ‘The post-birthday world’) et de famille (‘A perfectly good family’, encore pas traduit en français apparemment), c’est fascinant.

        En ce qui concerne ce dernier, sa famille s’est fâchée avec elle car ils se sont reconnus dedans, eh oui, cela arrive!

        Le seul que j’ai laissé tomber après 70 ou 100 pages, je ne sais plus, était ‘Game control’, pas traduit en français non plus, d’après ce que j’ai vu.

        Ses livres sont parfois longs à démarrer, il faut s’accrocher car le reste est excellent. Pour ‘Game control’, il faudrait que quelqu’un me dise si ça vaut le coup de continuer.

        • Tous les titres dont tu me parles, je ne connais pas !! il faudrait que tu demandes à Delphine peut-être qui a une « double culture » linguistique s’entend…Et moi, j’attends (sauf exception ou cadeau) que cela sorte en poche !! Je lis pas mal de critiques dans LIRE, ELLE, LE POINT, etc mais il y en a certainement que je zappe !! et pour Musso ou Lévy, tu ne trouveras pas beaucoup d’adeptes dans le coin ! Ou des comme moi qui ont essayé il y a 10 ans et en sont revenues après le deuxième opus !! Mais bon, à chacun de se faire son opinion !

  4. Le livre passe un peu mieux, mais je n’ai pas su le lire jusqu’au bout. Un peu trop bien pensant et pas assez profond pour moi… Mais il est déjà moins superficiel que le film qui m’a gonflée de bout en bout !
    Je pense que vu l’opinion que tu as du film, tu peux passer ton chemin sans soucis ^^

    • Merci Eiluned mais je n’avais pas du tout l’intention de l’acheter, ni même de l’emprunter ! Donc après visionnage (pour savoir de quoi je parle quand même) le problème est réglé !!^^

  5. J’ai DÉTESTÉ le bouquin (que dans un éclair de lucidité je me suis contenté d’emprunter…) Le trip « je plaque tout pour me chercher spirituellement » avec une notion relativement faux-cul du « je plaque tout » ça me hérisse le poil. Elle s’emmerde un peu dans sa vie, elle se cherche un pretexte pseudo spirituel pour prendre des vacances loin de son ennui, tout n’es qu’habillage et mièvreries.

    • Merci Océane, nous abordons (je pense) le thème de la même façon ! Il y a tant d’écrivains (des vrais) qui ont traité ces sujets avec subtilité et talent que j’ai eu l’impression de me vautrer dans un magma de chamallows indigestes ! avec en sus, une prétention « littéraire » qui m’a plus que « gonflée », d’ailleurs j’ai piqué du nez par deux fois… 😉 Oui et « se chercher » avec 1000 $ par jour à claquer…ça va ! C’était pas sac à dos et guide du routard !!^^

  6. Pas vu, pas lu. Tu sais que je fuis ce genre de best seller comme la peste. Par contre, pour info, aujourd’hui, tous les films sortent en dvd 6 mois après leur sortie au ciné.

    • Merci Delphine d’éclairer ma nuit ! Je pensais (car j’en attends toujours qui ne sont pas sortis en DVD) que c’était fonction du succès en salles ! Cela dit, peu importe, ma cousine m’en a livré 6 dont celui-ci, j’ai tenté « à l’insu de mon plein gré », voilà !! De l’autre côté de l’Atlantique les succès commerciaux ne valent pas mieux que chez nous !!^^

      • Oui, certains films ne SORTENT JAMAIS en DVD, c’est bien dommage (ou maintenant, certains sortent direct en DVD, ne passent même pas par la case salle, mais là généralement, c’est très très mauvais signe).
        Fais attention, la ramène pas trop avec tes films gravés hein 😉

        • Hé mais c’est gravé d’ APRES L’ORIGINAL !! Hé ho !! Ma cousine est une folle de ciné et de DVD, je ne pense pas qu’elle prendrait le risque d’une amende pour ça !! Et comme tu le dis, pour certains films que je vois passer pffft, on ne les revoit jamais…Dire qu’avant j’étais toujours fourrée dans les salles d’art et d’essai ou au Champollion !! Ma culture ciné a chuté vers le bas… 😉

  7. Ton article m’a bien fait rire ! Exactement le genre de film que je fuis… Quant aux livres, je suis « obligée » de le prendre dans la bibli où je bosse, trop de lecteurs me l’ont demandé, du coup je capitule. Je capitule aussi avec Levy et Musso pour mes charmants lecteurs. Trop de marketing !

    • Oui !! il vaut mieux en rire qu’en pleurer parfois !! Même quand EN PLUS, l’auteure, on le sent, prend tout cela très au sérieux !! My God ! 😉 il peut arriver que de la mauvaise littérature fasse de bons films, tout au moins « corrects », là je pense que c’est une apothéose de mauvais goût ! 😉

  8. Par égard pour mes nerfs, j’évite de voir ce genre de films. Rien que la bande annonce m’a horripilée et le « terme » harlequinade » semble bien convenir. Mais par curiosité je lirais bien le livre (mais emprunté pas acheté).

    • Ecoute, continue de ménager tes nerfs car les quelques répliques (tirées du livre on s’en doute) sont à pleurer… Même l’emprunter, je ne crois pas que je m’y risquerais… 😉

  9. Bonjour, Non, je ne suis pas tentée. Déjà le film ne m’inspirait pas (et pourtant j’aime les comédies sentimentales), alors avec ton avis… je passe.

    • Je ne me lance pas, mon anglais est trop short !! J’espère que tu auras des réponses ici, j’en connais qui lisent dans le texte !! mais je peux te faire un billet un de ces quatre si ça t’intéresse !! en sachant exactement de quoi on parle, yes we can !!^^

  10. Hey, pourquoi pas? J’ai échangé 81 livres en 2 ans, quand on pense que les livres poche anglais sont maintenant entre £7.99 et £9.99 (9,17€ et 11,46€), cela fait une sacrée économie. Je regarde souvent sur googlemaps où mon livre va aller. L’un d’entre eux est parti très loin au nord de l’Ecosse, ce fut très émouvant. Je l’imaginais, arrivant en plein hiver, dans ces contrées très froides!

    Cela me coûte en moyenne £2 pour envoyer un livre en Angleterre, à peine plus pour la France. Evidemment, on rajoute un peu pour les livres plus lourds.

  11. Je ne sais pas vous, mais moi, pour les livres, cela dépend de mon humeur. Cela fait un moment que je n’ai pas lu de livres historiques. Par contre, je lis pas mal de choses légères, car j’en ai besoin.

    • Moi aussi ça dépendait de mon humeur avant de tenir ce blog !! Mais avec les lectures communes, les prêts, les livres voyageurs, ça structure les envies !! Ce n’est pas plus mal et parfois on fait de belles découvertes qui auraient encore dormi dans la PAL ou un livre que l’on n’aurait pas acheté et qui arrive chez toi, c’est génial aussi. Dans ce contexte, moins de chances d’être déçue car en général c’est ciblé selon tes goûts et il y a de tout !!^^ La détente à la Lévy, Musso et consorts, ça ne me détend plus du tout, ça m’énerve, donc je vais voir ailleurs…^^

  12. c’est bien quand tu n’aimes pas ! donc il vaut mieux lire ton billet que voir ce film pour passer un bon moment 😉

  13. Je me suis pliée de rire devant ton billet !
    Ok, ni le livre, ni le film ! Non merci !!
    Mais je veux bien de la guimauve, tout plein de la guimauve !! Miaaam ! (Mais elle ne pense qu’à bouffer cette fille !! Non non, elle prie et elle aime aussi ! 😉 …)

    • Bah au moins, mon ennui sidéral aura servi à amuser les autres !! 2h30 (oui avec les endormissements et retours en arrière ça fait même 3 h) de perdues dans mon emploi du temps qui pédale dans tous les sens et sans guidon, je l’avais mauvaise !! et je me suis réveillée à 8 h 30, toute décalée ! tu penses, j’allais pas lui faire de cadeau en plus !! Non Lili de la guimauve je veux bien t’en envoyer mais pas cet infâme chamallow périmé… La scène où elle s’adresse à Dieu, haaan, culte en son genre !! 😉

  14. Je n’ai jamais eu l’intention de lire le bouquin (encore moins de voir le film) mais ton billet confirme mes a priori (en plus de m’avoir fait rire 😉 ). La comparaison entre la maternité et le tatouage sur le visage est assez … les mots me manquent finalement ! 😮
    Merci pour ton dévouement 😉

    • Merci Flo de l’avoir fait remarquer, ça me va droit au coeur !!^^Moi aussi, au bout de dix minutes, mon stylo s’est rebellé à écrire de telles inepties !!^^ Mais je ferais pas ça tous les jours hein !! 😉

    • Oui, mais bon !! Il peut arriver que des affiches pas « top » cachent de bons films !! Ce n’est pas la façade qui compte !! Cela dit, là tout est « nase »…. 😉

  15. Il existe une loi universelle qui fait que nous sommes finalement aptes à supporter un mauvais film américain alors que jamais nous nous lancerions dans le visionnage d’un mauvais film suédois, japonais, tchadien,…. pour ces pays là il nous faut au moins une garantie de chef d’œuvre annoncé.

    Tout simplement parce que notre cerveau a été formaté malgré nous par les forces hollywoodiennes, alors nous avons une capacité surprenante à subir un mauvais film américain.
    Pour aller plus loin entre un mauvais film américain et un bon film finlandais par exemple, nous aurions tendance à choisir le mauvais film américain sous des prétextes fallacieux du genre « je suis trop fatigué pour le film finlandais, un autre soir peut être…. » et nous avons donc tendance à arbitrer en faveur du film américain…
    Nos cerveaux ont été colonisés…

    • Très bonne analyse du cerveau « colonisé » et j’ajouterais « embrigadé ». Mais il fut une époque où j’avais le choix, je me précipitais dans les salles art et essai voir beaucoup de Bergman, d’inconnus aussi en laissant  » Apocalyse now » par exemple pour plus tard. Les salles sus-citées ayant disparu de mon PAF ou PCF, C pour ciné, je me rabats sur ce que l’on m’envoie… et où sur ce qui est à l’affiche de « moins nul ». Et croyez-moi ce n’est pas évident de passer entre les roues des rouleaux-compresseurs… 😉

  16. « Tu sais, un enfant c’est comme un tatouage sur le visage, tu le gardes à vie. Réfléchis bien  » ben non, maintenant, il existe le laser pour effacer les tatoutages !

    • Je n’en avais pas envie non plus, mais comme je l’avais sous la main, je voulais voir jusqu’où la nullité pouvait rapporter autant d’argent !! En plus !!^^ C’est à vous dégoûter d’écrire… 😉

  17. Merci d’avoir perdu 2h20 pour nous épargner de faire de même. Je suis capable de regerder des petits films légers et sentimentaux pour faire passer l’épreuve du repassage…mais là, le risque semble trop grand de piquer du nez sur le fer à repasser , voire de mettre le feu à la casba…

    • Merci Somaja !! Qué 2h20 ? Plus de 3 heures avec les « piquages de nez », les rembobinages et tout et tout !! J’ai aussi La Rafle et le Concert à voir, j’espère que ce n’est pas du même acabit !! Fais attention quand tu repasses hein !!^^

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, il sera toujours bienvenu !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s